Marche pacifique ou coup d’Etat : la trouille du RPG !

Dans le camp de la mouvance, dès l’opposition républicaine évoque des marches pacifiques, on monte sur les grands chevaux et crie au coup d’Etat, à la volonté des opposants à empêcher le changement tant ambitionné mais jamais entamé d’Alpha Condé.

Dans cette honteuse posture, le pouvoir tente de distraire les Guinéens, mais surtout les militants du RPG qui peinent vraiment à convaincre de la capacité de leur leader à développer le pays. Alpha Condé lui-même a sans cesse déclaré que les opposants préfèrent sortir les enfants dans rue pour que ceux-ci se fassent tuer. Pourquoi parle-t-il de tueries si celles-ci ne sont pas préméditées ou autorisées ? Pourquoi les marches pacifiques sont synonymes de meurtres, d’assassinats et de tueries ?

En attendant la réponse d’Alpha Condé, des députés de la mouvance comme Damaro Camara – qualifié de fanfaron qui fait mal à Alpha Condé par Faya Milimono – encensent : «On était les deux invités lors de la Convention des démocrates américains. On a parlé à l’hôtel, je lui (Cellou Dalein Diallo, NDLR) ai dit que la Guinée depuis 1958 n’a pas eu de transition pacifique. Après le président Sékou Touré, il y a eu un coup d’Etat. Le Général Lansana Conté après 24 ans et sa mort, il y a eu un coup d’Etat. Je lui ai dit attention, tu étais candidat deux fois et de toute évidence tu veux être président. Mais si tu veux être président ça sera après 2020 ».

Cette sortie de Damaro dans la presse locale ne fait que confirmer ce qui se dit au sein du RPG, à travers Alpha Condé et ses militants zélés.

Panique et trouille constituent le lot quotidien du parti au pouvoir à chaque fois que la rue constitue le dernier rempart de l’opposition républicaine.

Cela ne fait que commencer…

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.