Marche politique et commerçants : de grandes inquiétudes

Les commerçants et autres opérateurs économiques sont certainement ceux qui ont le plus payé le lourd tribut des manifestations politiques sous le règne chaotique d’Alpha Condé. C’est pourquoi, on note de grandes inquiétudes depuis l’annonce de la marche du 10 août par l’opposition républicaine.

C’est donc une occasion pour le secrétaire général du syndicat des commerçants de Guinée d’interpeller pouvoir et opposition républicaine. Il a par ailleurs demandé à ses pairs de se donner les mains, car, reconnait-il, les commerçants sont divisés : certains sont du pouvoir, d’autres de l’opposition. L’un ou l’autre cas, il a exprimé ses craintes tout en demandant aux uns et aux autres « de sauvegarder leur capital. » Aux opposants, « de nous garder éloignés des marches, d’encadrer leurs militants. » A l’Etat, il plaide pour sécurisation de la population devant la furie des loubards infiltrés.

Face à ce cri de cœur, Aboubacar Sylla, porte-parole de l’opposition républicaine déclare: « On a toujours prôné des marches pacifiques. Mais faudrait-il qu’on brise l’équation selon laquelle marche est égale à violence. Les forces de l’ordre doivent jouer leur rôle et les militants conscientisés. Mettre par exemple des cordons sécuritaires pour sauver ce qui peut l’être. »

Tout un défi.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.