Marche politique : la position du Bloc de l’opposition constructive

Ibrahima Sory Diallo, président du Bloc de l’opposition constructive (BOC) a, dans une interview accordée dans l’hebdomadaire Le démocrate, donné la position de son parti. Selon lui, « les menaces du président de la République n’ont pas de sens parce que nous allons lutter conformément à la loi, conformément aux textes de loi se trouvant dans la Constitution. Ce n’est pas lui qui a écrit ces textes, ces textes sont au-dessus de tous les Guinéens. Nous, on ne va pas céder aux menaces du président. »

Il regrette le fait qu’Alpha Condé soit « lui-même pour une instabilité sous son propre mandat », or, « c’est lui qui a des comptes à rendre à l’État avant tout», sachant bien qu’il ne peut pas nous dire qu’il va nous empêcher de contester. Pour rappel, « Nous avons dit qu’il faut qu’il y ait la dissolution de la CENI, la révision de la liste électorale. Nous avons demandé la diminution des prix du carburant, nous avons demandé l’application de la loi concernant l’injustice. Il y a combien de détenus de l’opposition qui ne sont pas jugés jusqu’à présent. Ils sont là en train de croupir en prison. Nous avons demandé leur libération. Mais comme la justice ne fait pas son travail, nous avons demandé de faire comparaître le ministre de l’Administration du territoire devant la loi, parce qu’il refuse d’interpréter les textes. »

En tout état de cause « Nous, nous allons continuer le combat qu’on a commencé, on ne va pas reculer. » Ramadan est donc fêtée, certainement, à partir de la semaine prochaine, l’opposition va se réunir pour affiner son programme.

Jeanne Fofana, wwwkababachircom

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.