Marchés publics : le curieux souci d’Alpha Condé !

Alpha Condé se montre soucieux dans la passation des marchés publics. Il l’a fait savoir récemment, dans l’optique « de stopper les déperditions financières et d’améliorer le recouvrement des différentes recettes fiscales. »

Ce curieux souci du président guinéen devrait être accompagné « par des mesures de qualification de la dépense et de contrôle de la passation des marchés publics qui devra être allégé, afin que le pays puisse absorber les différents concours extérieurs qui lui sont octroyés ». Cette déclaration ressemble tout simplement à la politique du voleur qui crie au voleur. Alpha Condé a des ministres qu’il protège et qui font passer des marcher en dehors de toute la réglementation en vigueur. Ce sont : le MEPU-A d’Ibrahima Kourouma avec 25 marchés (58 934 228 633 GNF, montant TTC gré à gré), les TP avec 8 marchés pour un montant TTC gré à gré de 963 317 493 186 GNF, etc.

Ces chiffres disponibles à la Direction nationale des marchés publics en disent long sur le laisser-aller enregistré dans la passation des marchés publics. Dans le Code des marchés publics (article 51), ne peuvent postuler à la commande publique ni en être attributaire, les personnes physiques ou morales qui n’ont pas de siège fixe identifiable, les capacités humaines, techniques et financières à l’exécution d’un marché…. »

Pourtant, il y a bien des deals entre autorités contractantes et entreprises. Ces deux entités contournent le Code des marchés publics, par le truchement des Finances et l’avis motivés par les Grands projets.

Cette nébuleuse est bien connue par Alpha Connue, car lui-même octroie des marchés comme des petits pains, au regard en tout cas du rapport d’audits récemment commandités par le Département des finances. Comme quoi, Alpha Condé fait du cinéma pour rien.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.