Massacre du 28 septembre: Bah Oury dépose une gerbe de fleur, Faya empêché !


A l’occasion du dixième anniversaire du massacre du 28 septembre 2009, où plus de 150 civils avaient été tués par les forces de défense et de sécurité, plus d’un millier de blessés et des dizaines de femmes violées, les guinéens se souviennent de cette tragédie humanitaire.

Comme chaque année depuis son retour, M. Bah Oury, ancien Vice-président de l’UFDG, porté récemment à la tête du parti l’Union pour la Démocratie et le Développement (UDD) s’est rendu ce samedi au stade du 28 septembre pour rendre hommage à nos compatriotes victimes de la tragédie du 28 septembre 2009.

« 10ème anniversaire du massacre du 28 septembre 2009. En hommage à toutes les victimes un dépôt de gerbe de fleurs à l’entrée du stade. C’est avec une profonde émotion que j’accomplis ce geste qui est un devoir de mémoire et de reconnaissance à l’égard des martyrs », a indiqué Bah Oury, qui était au stade ce 28 septembre 2009.

De son côté, Dr Faya Millimono, a bien voulu faire autant afin de rendre hommage aux victimes de cette tragédie. Mais le leader du Bloc Libéral n’a pas été autorisé à faire le dépôt de gerbe de fleur.

Selon Ibrahima Kalil Sylla, dans un message envoyé aux médias,  « l’accès du stade a été refusé par la police. Nous condamnons l’acte et l’activité se poursuit au siège à partir de 14h », a laissé entendre le chargé de communication du BL.

Pour rappel, le 28 septembre 2019 marque le dixième anniversaire de l’attaque par les forces de sécurité et l’armée guinéennes d’un rassemblement politique pacifique au stade de Conakry, qui, selon une commission d’enquête des Nations Unies, a fait au moins 156 morts et disparus, dont un certain nombre de femmes décédées des suites de violentes agressions sexuelles.

Dix ans après, les guinéens attendent toujours qu’une lumière soit faite sur ces tueries en masse. Mais la justice guinéenne traine le pas, alors que la Communauté internationale exige la tenue rapide d’un procès transparent et équitable.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.