Massacres du 28 septembre: les corps de 168 portés disparus seraient dans une fosse commune

Des sources révèlent que ce sont les camions d’un richissime homme d’affaires très proche de Monsieur Alpha Condé qui auraient transporté nuitamment les corps de 168 portés disparus des tristes évènements du 28 septembre vers une fosse commune.

Les mêmes sources précisent que les autorités guinéennes sont bel et bien imprégnées de la localisation de la fosse. Ce qui aurait même conduit, à un moment donné, le Ministre de la Justice vers Bamako pour mieux s’outiller à ce propos.

C’est la proximité du Président de la République avec l’opérateur économique dont les camions furent utilisés qui bloquerait le démantèlement de la fosse commune. C’est volontairement, pour préserver ma sécurité, que je tais, du moins pour le moment, le nom de l’homme d’affaires incriminé, qui est bien connu de tous les Guinéens.

Pire, nos sources persistent et signent que le dossier du 28 septembre ne passera jamais devant la Justice tant que Monsieur Alpha Condé sera aux affaires, tant et si bien qu’il en sait quelque chose, notamment en ce qui concerne le cas du groupe de soldats qui étaient chargés d’éliminer physiquement tous les leaders présents au Stade, afin que l’un des rares opposants absents du jour se retrouve seul candidat de taille pour l’élection présidentielle qui se pointait à l’horizon.

Qui a poussé ses collègues opposants d’alors à manifester en prenant, lui-même, quelques heures après, son vol à destination de l’Occident, en évoquant une urgence? Je n’en sais rien. Personne n’écrasera son piment dans ma bouche.

En tout cas, si les autorités guinéennes ne se reprochaient rien dans ce dossier, elles auraient fait preuve de volonté pour la manifestation de la vérité en diligentant le procès et en autorisant le retour de Dadis pour qu’il donne sa version des faits.

Pourquoi maintiennent-elles toujours dans la haute sphère de l’État les officiers supérieurs et autres personnes déjà inculpés par le Pool de juges en charge du dossier? Pourquoi protéger et nommer à de hautes fonctions des cadres déjà inculpés?

Pire, pourquoi ne pas délivrer un mandat d’arrêt international contre le présumé cerveau de cette affaire qu’est Toumba Diakité dont on fait semblant d’ignorer la destination, alors qu’il mène une vie d’opulence à Dakar, précisément dans une somptueuse batisse R+4 dans la Commune de Ouakam, avec sept autres de ses complices, tous des bérets rouges, au vu et au su de tout le monde, y compris la CPI et la fameuse Communauté Internationale qui ne branchent pas.

Eh oui, la CPI et notre Grande Communauté Internationale ne sont promptes que pour intimider un opposant qui voudrait jouir de son droit constitutionnel pour protester contre un hold-up électoral. Que dis-je? C’était plutôt un complot international.

Pour conclure, nos sources martèlent que le Professeur-Président est prêt à sacrifier sa vie, mais n’abandonnera jamais le pouvoir de son vivant pour s’exposer à une quelconque humiliation après avoir dirigé la Guinée d’une main de fer. Rira qui rira le dernier.

Mandian Sidibé, Dakar

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.