Meurtres ciblés à … Ratoma : le démenti de Bah Oury

Des organisations de défense des droits de l’homme – OGDH, LIGUIDHO -, des organisations sociales dont la société civile et des anonymes tels que l’ancien ministre Siaka Barry ont tour à tour dénoncé des tueries ciblées dans la Commune de Ratoma, fief de l’opposition républicaine. Bah Oury rame à contrecourant et dément ces tueries.

 « Si on veut que la vérité sorte, il faut qu’on dise aux gens la vérité », introduit Bah Oury, voulant coûte que coûte nier les graves dérives du pouvoir et donc étant un complice tacite des tueries ciblées patentes. S’exprimant sur une radio locale, pour lui, « La communauté n’est pas ciblée. Il y a certains qui n’ont aucun projet politique, capable de fédérer tous les Guinéens et qui se réfugient derrière l’ethnie. Mais l’ethnie aussi réfléchie, son expérience d’élargi. Les mensonges d’hier ne peuvent plus fonctionner. »

Très aveuglé par sa hantise de livrer à la vindicte Dalein Diallo, Bah Oury essaie le tout pour le tout pour en finir avec l’actuel président de l’UFDG. Aujourd’hui, il mise sur le cas Grenade : « La question du jeune Grenade qui est en prison aujourd’hui, il faudrait que le dossier soit prioritairement examiné par les autorités. Il sait si on lui assure sa sécurité, parce que sa sécurité est en danger… Et je vais même vous dire autre chose, le jeune qui a été tué à Wanidara c’est un ami de Grenade. Donc il faut que les enquêtes soient menées, pour savoir pourquoi ce jeune a été tué? Qui l’a tué? », rapportent des confrères.

Bah Oury oublie certainement que lui-même a côtoyé pendant longtemps Grenade sans jamais le dénoncer s’il était un gamin dangereux. Quand la haine et la rancœur rongent, l’homme n’est que l’ombre de lui-même : un démagogue doublé du statut de pyromane en déphasage.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.