Mikhaïl Gorbatchev fête ses 90 ans

L’ancien dirigeant russe restera dans l’histoire comme celui qui a mis fin à la Guerre froide et a permis la réunification de l’Allemagne.

Selon le quotidien officiel russe, l’éclatement de l’URSS n’était peut-être finalement pas la seule faute de Mikhaïl Gorbatchev

C’est en quarantaine que le dernier dirigeant de l’ancienne URSS a fêté mardi ses 90 ans.  Des personnalités du monde entier, de Joe Biden à Vladimir Poutine en passant par Angela Merkel, ont félicité cet artisan de la fin de la Guerre froide.

La chancelière allemande a loué l’engagement personnel de Gorbatchev « en faveur du dépassement pacifique de la Guerre froide et de l’accomplissement de l’unité allemande ».  

La chute du Mur de Berlin

C’est en effet Mikhaïl Gorbatchev, à la tête du pouvoir soviétique entre 1985 et 1991, qui a permis la chute du Mur de Berlin et la fin de plus de quatre décennies de division de l’Allemagne.

Angela Merkel a salué une « importante contribution à la réunification dans la liberté ». Une contribution qui « restera aussi inoubliable en Allemagne que votre engagement personnel constant en faveur des relations amicales entre nos deux pays », a poursuivi la chancelière qui est née dans l’ancienne RDA.

Mikhaïl Gorbatchev, très critique de la gestion de Poutine, a reçu cependant les félicitations de ce dernier. L’actuel dirigeant russe a ainsi affirmé que Gorbatchev est un personnage extraordinaire qui a « influencé de manière significative le cours de l’histoire nationale et mondiale ».

Pourtant, celui-ci avait qualifié dans le passé l’éclatement de l’URSS de « plus grande catastrophe géopolitique » du XXe siècle.

Mikhaïl Gorbatchev et le chancelier allemand Helmut Kohl (à droite) lors d’une visite en ex-RDA

Emancipation et démocratisation

Pendant son mandat à la tête de l’URSS, Mikhaïl Gorbatchev a initié d’importantes réformes démocratiques, connues sous les noms de Perestroïka et Glasnot, qui ont conduit à l’émancipation des républiques communistes en Europe de l’est mais aussi en Asie centrale.

En 1990, il avait obtenu le prix Nobel de la paix pour « avoir mis fin pacifiquement à la Guerre froide ».

Les pays africains étaient durant cette période, pour la plupart, divisés entre les deux blocs capitalistes et communistes. La fin de cette division du continent a ainsi influencé leur démocratisation, la plupart d’entre eux ayant instauré ou réinstauré la démocratie assortie du multipartisme et de la liberté d’expression.

Mikhaïl Gorbatchev va donc fêter ses 90 ans depuis l’hôpital où il se trouve « pour la durée de la pandémie ». Il serait « fatigué » des restrictions liées à la Covid-19, selon ses proches.

Source: dw.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.