MINES : 200 millions de dollars pour l’extension de la CBG

Les autorités guinéennes en parlent depuis quelque peu. Désormais, c’est effectif. La Banque mondiale via sa branche d’investissement, la Société financière internationale (SFI), vient de bloquer quelques 200 millions de dollars américains, en faveur de la Compagnie des bauxites de Guinée (CBG). Une somme qui relève des fonds que la communauté internationale avait promis aux pays touchés par l’épidémie à virus Ebola, dans le cadre justement de la relance économique post-crise de ces pays.

Ce montant, selon un communiqué du groupe de la Banque mondiale, servira essentiellement à deux niveaux. Tout d’abord, il est question de l’extension de la mine de Sangaredi que la CBG exploite depuis 1973. L’autre partie de l’argent sera utilisée dans le cadre de l’amélioration du projet d’infrastructure multi-usager dont se servent les miniers entre Kamsar et Sangaredi. L’objectif est de faire passer la capacité d’exploitation de la CBG qui, de 15 millions de tonnes actuellement, devrait passer à 42 millions à l’horizon 2025. Du point de vue social, on se préoccupe aussi de préserver les emplois directs (2300) et indirects (2900). Enfin, l’Etat guinéen, en tant que tel, pourrait tirer de cette extension, une contribution annuelle de 150 millions de dollars en termes de recettes.

Le financement, sous forme de prêt, est à 135 millions de dollars sur fonds propres et pour les 65 millions de dollars, au titre d’un programme cogéré. Le tout sur une durée de 15 ans.

Il est à préciser que la CBG est détenue à hauteur de 51 % par Halco (un consortium regroupant Alcoa, Rio Tinto et Dadco) et à 49 % par l’Etat guinéen.

Anna Diakité, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.