MINISTERE DE LA PECHE : les mareyeuses contre les combines d’André Loua

Prompte à sortir dans les médias pour, prétend-il, faire part de ses résultats, le ministre de la pêche, André Loua, a cette fois des problèmes avec les mareyeuses. Ces dernières lui reprochent d’entretenir des combines qui font qu’il aurait bazardé l’ensemble du secteur à des opérateurs étrangers au détriment des acteurs locaux. En conséquence, elles ont manifesté ce vendredi devant son département pour clamer leur désapprobation.

De sa nomination à nos jours, le ministre de la pêche n’aura brandi qu’un seul résultat qui soit tangible : la sortie de la Guinée de la liste des pays non-coopérants de l’Union européenne. Pendant des mois, c’était là son plan d’action. Au point qu’il s’était, à plusieurs reprises, empressé d’annoncer cette sortie, alors qu’il n’en était rien. Mais depuis que la nouvelle est confirmée, André Loua peine à trouver une nouvelle idée à laquelle se raccrocher.

Malheureusement pour lui, les femmes mareyeuses profitant du vide médiatique, mettent à la place publique un des points noirs du ministre, à savoir ses accointances avec les opérateurs étrangers du secteur de la pêche. Il est vrai qu’on se rappelle qu’à peine trois mois après sa nomination, il s’était vanté d’avoir généré des recettes supérieures à celles que son prédécesseur avait engrangées en un an. Mais il avait cependant oublié de préciser que les recettes en question provenaient essentiellement de la vente des licences. Licences qui, justement, seraient exclusivement décernées à des étrangers. Une situation que ne voudraient plus gober les mareyeuses du pays dont l’activité fait vivre de nombreux Guinéens. Elles ont ainsi manifesté le vendredi devant le département pour faire part de leur mécontentement et leur souhait que cesse le monopole de fait que le ministre essaierait de créer en faveur de ses obligés d’ailleurs.

Un message qui risque bien de trouver de l’écho au sein de l’opinion publique dans la mesure où sur le marché local, le poisson reste inabordable.

Anna Diakité, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.