Le ministre Kourouma, un danger pour Alpha Condé ?

Le patron du ministère de l’enseignement pré-universitaire, Ibrahima Kourouma, serait un vrai  » despote », doublé de  » prédateur » de la chose publique. L’homme qui inspire la crainte et la terreur au sein du département, est reproché par certains cadres du ministère comme étant l’un des pires  » prédateurs » de l’histoire de ce ministère stratégique et clé.

D’après des nouvelles recueillies par nouvelledeguinee.com, le ministre Ibrahima Kourouma gèrerait dans la plus grande opacité la manne financière que représente le faramineux budget du ministère de l’enseignement pré-universitaire. Un budget évalué 1 211 milliards de francs guinéens.

Monsieur Ibrahima Kourouma bénéficierait de la complicité de la Directrice des Affaires Administratives et Financières, une certaine Fatoumata Binta, du chef de cabinet du ministère, Kelefa Diallo, et d’un certain Libanais du nom de Nimo.

Ce dernier aurait raflé depuis 2011 de nombreux marchés de gré à gré, sous la bannière de l’une de ses entreprises  » La Maison du Livre ». Nimo serait le principal bénéficiaire de l’octroi opaque de marchés , notamment, dans le domaine des fournitures scolaires comme les manuels, la craie, etc. D’ailleurs, nous apprend notre source, c’est ce même Libanais qui aurait supervisé les travaux de construction d’une grande université estimée à plus 4 millions d’euros qui appartiendrait au ministre de l’enseignement pré-universitaire, Ibrahima Kourouma, dans le quartier de Nongo, à Conakry.

«  Aujourd’hui, tous les cadres de ce département pleurent. Depuis que je suis né, je n’ai jamais vu de gens aussi abattus. Comme la chaine de financement est ouverte, ils sont actuellement en train de travailler sur les examens. Ils profitent de ces examens pour piller, détourner l’argent. Le président ALlpha Condé n’est au courant rien« , dénonce ce proche collaborateur de Kourouma qui a requis l’anonymat.

En clair, Ibrahima Kourouma gèrerait le ministère comme bon lui semble. A en croire toujours plusieurs personnes, il se rendrait très souvent à Abidjan pour planquer l’argent détourné. Sa DAAF, elle, aurait pour destination de prédilection Dakar pour les même raisons.

Ce n’est pas tout, Ibrahima Kourouma et ses complices feraient croire au président de la République qu’il est en train de réaliser des infrastructures alors que ces infrastructures ne sont rien d’autres que des dons des partenaires au développement.

«  Ils en font une récupération. Voici comment ça se passe. Des partenaires au développement sont découragés. Ils ne veulent plus travailler avec Ibrahima Kourouma. Ils n’ont plus confiance à cet homme« , s’insurge une de nos sources qui précise que le ministre a fait récemment main basse sur une aide financière offerte par le Fonds Saoudien.

Aux dires de plusieurs de ses collaborateurs, le ministre Kourouma est obsédé par un départ imminent des affaires. C’est cette obsession qui expliquerait sa boulimie de l’argent destiné au bon fonctionnement du très stratégique ministère de l’enseignement pré-universitaire.

A suivre !

Mohamed Bérété pour www.Nouvelledeguinée.com en partenariat avec www.Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.