Mise en place du CNT : la classe politique, un facteur bloquant ?

« La mise en place du CNT ne sera pas prise en otage par vos antagonismes. Je vous demande de vous retrouver et de me faire une proposition dans un bref délai à travers le MATD. »

MamadiDoumbouya est on ne peut plus tranchant, à l’endroit des leaders politiques, à l’approche de l’arrivée des émissaires de la CEDEAO, à Conakry. Cette interpellation de la classe politique, après une démarche jugée plutôt humiliante à l’endroit des leaders politiques a vite provoqué l’ire de certains.

C’est le cas d’Aliou Bah : « Lorsqu’on élabore sans concertation une charte qui a été accepté de bonne foi par la classe politique, et loin y prévoit un CNT où les politiques seront minoritaire (15/81), il est impossible de convaincre que ceux-ci constituent un facteur de blocage de mise en place ou son fonctionnement. »

A sa suite Sydia Touré enfonce le clou : « Ce n’est pas à nous de déterminer le CNT. Les partis politiques, on moins de 20%, on s’est constitué en coalition… La suite de l’opération appartient au CNRD. C’est à eux de décider. Ce n’est pas une première transition pour nous. Nous avons déjà fait cette expérience en 2009, qui s’est passée un peu plus rapidement. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.