Mobilisation de militants : l’UFC, en flagrant délit de manipulation

Il n y a pas de gêne à déclarer qu’il n y a pas de militants pour tenir l’assemblée générale ordinaire de l’UFC. Mais, là-bas, il est bien facile de subir le courroux des responsables du parti si on évoque le manque de militants en lieu et place des pluies diluviennes ayant empêché la mobilisation. Des confrères l’ont appris à leurs dépens, samedi dernier.

Pendant que l’UPR de Bah Ousmane recevait de nouveaux adhérents issus dit-on de l’axe Hamdallaye-Cimenterie, pendant que l’UFDG se justifiait sur Kaporo rail, pendant que le RPG menaçait de trimballer en justice un vice-président de l’UFDG, pendant que l’UFR encourageait entre autres ceux qui ont échoué au bacc, l’UFC, elle avait son siège à Taouyah désespérément vide. Très vite en effet, on évoque les pluies : « En raison des fortes pluies qui se sont abattues sur Conakry, le déplacement n’était pas possible. Et vu que l’assemblée générale est une occasion de communion entre responsables du parti et les militants et sympathisants à la base, nous avons, en tant que bureau politique national, décidé de reporter ».

Grosse manipulation. A l’UFC, il y avait rien. Pour preuve, les autres partis sont dans la même Commune et ont tenu leur assemblée générale. Et cette partie de Ratoma n’a pas enregistré de pluies plus que les autres quartiers. L’argument d’averses ne tient donc pas. Aboubacar Sylla peine à mobiliser. Et pourtant, c’est à l’épreuve du pouvoir qu’il pourra prendre la température de son parti. Au lieu de se greffer à l’UFDG et parler au nom de celle-ci. Mais, haro sur la manipulation.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.