Mohamed Diaré: ces trous financiers non élucidés…

Il fut ordonnateur de la dépense publique. Il n’a pas oublié de veiller à ce que les entreprises candidates à la commande publique soient payées à temps, arguant que c’est un gage de confiance pour les partenaires techniques et financiers et autres investisseurs. Mohamed Diaré, l’ancien ministre des Finances était tout sauf un homme qui s’oublie quand il est question de s’enrichir frauduleusement.

Il a fait la pluie et le beau temps, avant de se faire oublier à la Cour des comptes, dont le fonctionnement peine encore à se concrétiser au niveau du Parlement. Cet homme très effacé souvent donné pour partant a tout le temps déjoué les pronostics.

Selon des indiscrétions émanant de la Direction nationale des marchés publics, Mohamed Diaré avait des entreprises qui concourraient à la commande publique. Or, l’article 51 du Code des marchés publics le lui interdit. Pourtant, entre 2013 et 2015, 1 544 marchés avaient été passés. 1 167 en ont été les bénéficiaires. Parmi ceux-ci l’entreprise de Diaré (Nous reviendrons en détails sur cette fameuse entreprise). Seul en 2015, cette structure a bénéficié de 5 marchés pour un montant TTC/GNF estimés à 66 816 616 295. Auparavant, la même société avait décroché, selon toujours des indiscrétions de la DNMP, 8 marchés en 2014 pour un montant 31 850 665 148. Le total des marchés (15) est estimé : 99 689 801 443 GNF. Etant entendu que l’entreprise avait ajouté à sa dénomination un U, c’est-à-dire Sarl U (Société à responsabilité limitée unipersonnelle. Allez-y savoir pourquoi cette mutation.

Au regard de ces chiffres pêchés dans les entrailles des marchés publics, il y a de quoi se faire une idée sur des propriétés achetées en France ou offertes par des particuliers comme cet appartement d’un million d’euros offert par KPC en contrepartie de marchés de gré à gré. Ce n’est pas tout : des indiscrétions font état aussi d’un patrimoine acheté au nom de sa douce moitié, à quelque 765 mille euros dans la banlieue parisienne. L’acte notarié est disponible. D’où vient cet argent ? Avec le salaire du ministre avoisinant 20 millions GNF ? A quoi sert réellement le guichet unique d’Alpha Condé ? Pour enrichir les copains et coquins et du coup, préparer l’après-Alpha. Comble de tout, Diaré himself annonçait à un moment donné vouloir auditer ‘’partout où l’Etat a investi un franc’’.

Le voleur qui crie au voleur avant d’aller se nicher, avec la complicité d’Alpha Condé à la Cour des comptes, contre l’avis sans cesse affiché du Bloc libéral de Faya Milimono. C’était le prix de son silence, l’homme est l’un des meilleurs connaisseurs des magouilles de Koro Alpha et il a pris des dispositions.

Sacré changement d’Alpha Condé !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.