MOSQUEE DE FATAKO : Un autre rendez-vous manqué par Alpha Condé

S’il a démontré sa capacité à tourner ses adversaires dans la farine, le président Alpha Condé apparait aussi très souvent aux yeux de ses compatriotes comme une personnalité ayant une curieuse manie de s’entourer de polémiques en apparence inutiles. En la matière, le dernier épisode en date, c’est l’absence, hier, des autorités guinéennes (à tous les niveaux) à la cérémonie inaugurale de la mosquée de Fatako. Pour une mosquée de 6.000 places financée à hauteur de plus de 30 milliards de FG, l’absence aussi bien du président de la République, que celles du gouverneur, du préfet et même du sous-préfet a quelque chose d’incompréhensible.

Et les autorités n’ayant donné aucune explication, la spéculation prend le dessus et s’accroche aux rivalités politico-communautaristes entre Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo. Une explication qui, même si elle ne repose sur aucun élément tangible, semble cependant vraisemblable, au regard de quelques éléments d’appréciation. D’abord, la mosquée en question est construite à Fatako (Tougué), relevant de Labé, ville natale de Cellou Dalein Diallo. Ensuite, ensuite la mosquée est l’œuvre d’un grand commerçant natif de la localité et dont on dit que toute  la corporation est acquise au leader de l’UFDG. Le chef de l’Etat pourrait avoir donc des raisons de s’imaginer qu’il s’y était rendu hier ou que s’il y avait déployé ses représentants, ces derniers ou lui-même seraient en terrain conquis.

Mais en boudant absolument cette cérémonie, il conforte les rumeurs selon lesquelles qu’il est un de ceux qui tirent les ficelles du communautarisme qui mine les débats en Guinée. Une accusation dont il aura du mal à se défendre.

Anna Diakité, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.