Mouctar Diallo (NFD) : l’autre flagorneur de la honte !

Il a été moulé au sein des forces vives, parmi les grands leaders
politiques d’alors. Jean-Marie Doré en avait même fait, un réel
faire valoir. Puis, ce fut le tour de Dalein Diallo d’accueillir
Mouctar Diallo (NFD) et en faire un allié, un protégé, un ami.
Au sein de l’opposition républicaine, Mouctar a été perçu
comme un possible remplaçant, digne. Mais, il aura fallu des
bisbilles, pour qu’il s’en prenne à son mentor Dalein Diallo,
allant jusqu’à vouloir perturber les perturber les ambitions de
celui-ci au niveau de la mairie de Ratoma.

C’est ainsi que des campagnes de dénigrements ont été
perpétrées. C’était en réalité, une astuce trop simple pour
s’éloigner des opposants républicains, à travers une
compromission et aller rejoindre Alpha Condé. Mouctar, comme
les autres partants du bloc, n’a pas eu de la peine à faire sa
mue. Toute honte bue ! La cible à abattre depuis est vite
devenue une alliée coriace dont il faut vanter les mérites afin de
liquider l’allié d’hier. Le jeu est connu de tous les prostitués
politiques. Ce qui explique son arrivée au gouvernement.
Depuis, il mange du Condé et rêve d’Alpha ! Symbole de la
déchéance humaine et de l’immorale politique, Mouctar Diallo
s’inscrit sur la page honteuse de l’Histoire, dans le sillage d’une
présidence à vie pour Alpha Condé.

D’ailleurs, Mouctar Diallo, l’autre flagorneur de la honte, déclare
que l’opposant historique « va aller dans le sens de la demande
largement formulée par le peuple. Ça peut être un challenge
pour lui de continuer à relever les autres défis qui interpellent la
Guinée pour améliorer les conditions de vie des guinéens, car
nous sommes dans l’optique de changement dans la
continuité. »

L’histoire retiendra aussi que ce ministre conventionnel a gardé
la bouche cousue, face aux tueries de l’Axe. Il s’est tu face aux
expéditions punitives des gendarmes et policiers dans les
entrailles de Wanindara, pour tuer, voler, humilier. Mouctar
Diallo trouve cela normale, donc une vertu à mettre au compte
d’Alpha Condé. Celui qui aurait dû incarner une jeunesse
encline à discerner, à se projeter, à afficher une ambition
politique des plus saines s’est laissé aveugler par l’argent
public. Une honte !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.