Moyenne Guinée : les champs de pomme de terre ravagés

La filière de la pomme de terre a été fortement rongée au cours de cette 2016 dans la région de la moyenne Guinée. Des champignons dont le pathogène n’est pas jusqu’ici connu seraient à l’origine de la catastrophe. Pour situer les responsabilités et envisager  des pistes de solution, la fédération des paysans du Foutah Djallon en rapport avec le ministère de l’Agriculture a organisé une réunion de concertation le mercredi 07 septembre à son siège à Timbi Madina, dans la préfecture de Pita.

Le président de la fédération des paysans du Foutah Djallon, Moussa para Diallo a dans son introduction rappelé le contexte de l’attaque : « Quand il y a eu les attaques en première position dans la commune urbaine de Labé ensuite de là, ça s’est propagé un peu partout. Nous avons mené une petite enquête pour savoir l’origine. Apparemment, ce qu’on nous dit, vrai ou faux, je ne sais pas, un jeune de Taîré (Labé ville) aurait importé du Sénégal de la pomme de terre malade et il en a vendu cinq tonnes, 10 tonnes ont été jetées et donc ces pommes de terre se sont retrouvées dans des périmètres.»
Face à la menace, il estime que les producteurs sont les responsables : « Vous savez, on est tous responsable, et en première position les producteurs parce qu’ils croient qu’en cherchant le plus bas prix, on est meilleurs et on est champion. »   Pour constater l’envergure de l’attaque, une visite de terrain avait été effectuée. Dans l’un des champs de pomme de terre dévastés, Maxim Tamba Kamano chef de division production de l’institut de recherche agronomique de Guinée livre son constat : « C’est une attaque de plusieurs pathogènes. C’est un complexe parasitaire, si vous voyez ici il y a d’abord des problèmes qui attaquent le système racinaire (…) finalement il y a eu perte de feuilles .»
Sally Bilaly Sow , correspondant kabanews à Labé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.