Négociation autour des 8 millions : Chaque partie campe sur sa position

Alors que les négociations se poursuivent dans les locaux du ministère entre Syndicat et gouvernement, aucun accord n’est encore trouvé autour des huit millions de francs guinéens pour le salaire des enseignants.

Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) maintient sa position, « il faut qu’on obtient les 8 millions », mais le gouvernement qui ne semble pas lâcher du lest, appelle au patriotisme.

Le représentant du SLECG fait le point de l’évolution des négociations : « En ce qui concerne les 8 millions, les négociations ont commencé aujourd’hui sous la médiation de Monsieur Alya Camara Inspecteur Général du Travail. Chaque partie a campé sur sa position. Pour le gouvernement ce n’est pas possible de donner les huit millions. Pour les syndicalistes, les huit millions sont possibles. Les membres du gouvernement ont demandé ce qui nous motive à donner les huit millions. Nous avons dit que c’est le fait que tous les services de recette de l’Etat fonctionnent à plein temps : le port, l’aéroport, les impôts, la douane et la téléphonie… Les huit millions, il faut que le gouvernement nous les donne parce que nous n’allons jamais accepter d’être les éternels perdants…», prévient Oumar Tounkara, Secrétaire général Adjoint du SLECG.

De son côté, l’Inspecteur général du travail lance un appel  aux syndicalistes : « Nous invitons nos amis à faire preuve de patriotisme. Nous allons poursuivre les discussions autour des 8 millions », a indiqué Alya Camara.

Les deux parties devraient se retrouver mardi prochain pour poursuivre les négociations.

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.