Nouveau bras de fer SLECG-Gouvernement : Aboubacar Soumah menace…

Après le rejet du nouveau bureau exécutif de l’Union du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) de l’Université Hafia de Labé, par les autorités universitaires, Aboubacar Soumah menace de déclencher une grève.

Les autorités de Labé n’ont pas accepté de valider le nouveau bureau exécutif du SLECG, élus à l’issue d’un congrès le mercredi 26 Avril.

Très remonté contre cette attitude du Recteur de l’Université de Labé, le Secrétaire général SLECG dénonce l’ingérence des autorités dans les affaires syndicales :

«Nous sommes complètement déçus des autorités guinéennes. Cette ingérence notoire dans les affaires syndicales, constitue une violation flagrante des conventions 87 et 88. Sans quoi, l’État n’a rien à avoir dans les affaires syndicales. Mais je ne sais pas pourquoi on nous empêche de tenir notre assemblée, alors que nous ne sommes pas des politiciens »,

A l’issue d’une réunion tenue jeudi à Conakry, le SLECG  déplore également le refus des autorités universitaires de réintégrer les enseignants licenciés pour cause de grève. Alors que c’est l’un des points de l’accord obtenu le 13 mars dernier, qui avait permis de suspendre la grève des enseignants, les enseignants licenciés de l’Université de Foulayah (Kindia), n’ont toujours pas été réintégrés.

« Nous exigeons la réintégration des ces enseignants licenciés pour cause de grève, qui était un des points du Protocole d’accord signé avec le gouvernement, sinon nous allons déclencher une grève illimitée», prévient le Secrétaire général du SLECG au sortir de cette réunion d’urgence.

Ce nouveau bras de fer intervient à un moment où  le SLECG traverse une nouvelle crise due aux préparatifs du Congrès de l’USTG, la centrale syndicale à laquelle le SLECG est affiliée.

Et le pire, les négociations entre le SLECG et le Gouvernement autour de l’augmentation du salaire à 8 millions de francs guinéens, devront débuter en mai prochain.

Opposés au camp d’Aboubacar Soumah, désormais légitime, Sy Savané, Louis Mmbembba Soumah et Cie, ne comptent pas baisser les bras et se voir exclus de la représentativité du SLECG au sein de l’USTG pour le Congrès qui se pointe à l’horizon.

Affaire à suivre…

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.