Nouveau Kountigui: le pouvoir ignore le choix du patriarche !

L’homme de main du pouvoir – Sékhouna Soumah, jusque-là Kountigui contesté de la Basse-côte – a été dégommé la semaine dernière par sa propre famille. Il est remplacé le 6 avril dernier par El hadj Mamoudou Soumah, en attendant son intronisation officielle prévue dans les prochaines semaines.

Ni Alpha Condé ni son émissaire n’ont daigné poindre pour marquer l’évènement. Ils sont dépités parce que leur homme est décrié. Pour une raison simple : Sékhouna est politique. Il caresse le rêve de briguer un poste au niveau local. Ce qui n’est pas compatible avec les critères définis par incarner le Kountigui, le vrai. C’est ainsi que le Conseil des Sages et le Collectif de Kountigui des huit préfectures et des 5 communes de Conakry ont décidé de dégommer le patriarche.

Sous Lansana Conté, Sekhouna a fait la pluie et le beau temps. Après la disparition du vieux général de Wawa (Dubreka), El hadj Sékhouna s’est mis en veilleuse, avant de se faire courtiser par Dalein et Alpha, car, faisant croire que la victoire se jouait à Tanéné. D’abord très proche du leader de l’UFDG, ensuite un changement de veste pour appeler à voter RPG arc-en-ciel d’Alpha Condé. Inconstant devant l’Eternel, ce patriarche de Tanéné est loin d’être fiable. Il est tout simplement disqualifié pour jouer le rôle du vrai Kountigui de la Basse-Côte.

Il est politique, donc militant.  Jusqu’à récemment,  il est supposé être un maillon fort pour le parti de Dalein Diallo, l’UFDG. Ceci explique donc cela.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.