N’ZEREKORE : une ville, deux RPG

La crise qui a miné le parti présidentiel une bonne partie de cette année se serait-elle transportée à N’Zérékoré ? La question vaut tout son pesant d’or. Parce que dans cette ville-capitale de la région forestière, nos sources nous rapportent que le parti y est confronté à un bicéphalisme qu’aucun responsable n’a encore réussi à juguler.
Mais au-delà des deux camps explicitement identifiés, nous sources n’hésitent pas à évoquer l’hypothèse d’une défiance du leadership national du parti de la part de quelques responsables locaux de N’Zérékoré. En effet, au-delà des reproches de mauvaise gestion qu’Aminata Sylla et Sekou Soumaoro, respectivement présidente des femmes et secrétaire général de la jeunesse de la fédération RPG-arc-en-ciel de N’Zérékoré, imputent à Adama Keïta, le gestionnaire du bureau fédéral, on pense qu’il s’agit plutôt d’une contestation déguisée du soutien indéfectible dont M. Keïta bénéficierait de la part du chef de l’Etat en personne. Fort de ce supposé soutien, le gestionnaire du bureau fédéral n’en ferait qu’à sa tête et gérerait le bureau comme une propriété privée.
Les contestataires ayant adressé un mémo aux responsables nationaux du parti, sans suite, ils ne seraient pas loin de penser que le lien qui en résulte est un appui explicite à M. Keïta. Or, ils ne seraient pas prêts à accepter une imposition même émanant du plus haut sommet du parti. C’est ainsi qu’en dépit de plusieurs missions de médiation conduites aussi bien par les autorités locales (préfet, gouverneur) que par des membres du gouvernement, la crise demeure. Personne ne voulant céder. Une mauvaise nouvelle dans l’optique des prochaines élections communales.  
Anna Diakité, www.kababachir.com
 
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.