«On peut faire l’élection du quartier et celle de la commune le même jour», assure Cellou Dalein

À l’invitation du président de la République, le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, sera reçu jeudi vers 15h au Palais Sekhoutouréyah. Ce tête-à-tête qui s’inscrit dans le cadre de consultations pour la décrispation du climat entre pouvoir et opposition sera une occasion pour les deux hommes d’aborder les sujets brulants du moment, notamment la tenue des élections communales et communautaires. Justement parlant de ces dernières, le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a dénoncé mi-août la «mauvaise foi» du pouvoir dans l’organisation de ces scrutins.

Selon l’ancien challenger du président Alpha Condé, dans le code électoral, il est stipulé que les quartiers et les districts sont dirigés par des bureaux élus. «Donc, on devrait pouvoir faire des élections au niveau des quartiers d’autant plus que dans notre pays, depuis l’indépendance, il y a eu des élections. Vous vous souvenez du PRL, comité de base du parti… Mais c’étaient des élections, on a pris l’habitude de faire élire les bureaux du PRL, les bureaux donc qui dirigent les quartiers. Le code électoral naturellement a confirmé qu’on doit les élire, mais le pouvoir souhaite apparemment que ces bureaux soient maintenant nommés. Si on le fait ce serait un recul de la démocratie dans notre pays», a prévenu le leader de l’UFDG.

D’après l’ancien Premier ministre, on devrait pouvoir «faire les élections au niveau des quartiers, des communes et des régions, car les conseils régionaux doivent aussi être mis en place, a-t-il fait remarquer. Les conseils régionaux, c’est facile parce qu’il n’y a que les élus qui se retrouvent pour désigner le bureau. On peut faire l’élection du quartier et celle de la commune le même jour, puisqu’on va faire un scrutin proportionnel à un tour (…) La liste pour les quartiers est là, on vient, on vote pour sa liste y compris les listes indépendantes. La liste pour les communes est là, on vote le même jour comme on a fait lors des élections législatives où il y avait l’uninominale et les proportionnelles», a-t-il rappelé.

Ainsi, soutient l’opposant, on finit au niveau local (communes et quartiers) le même jour et 30 jours après on fait l’élection portant la mise en place des conseils régionaux. «Mais le pouvoir ne veut plus qu’il y ait élection. Ils veulent qu’on ne fasse pas d’élections au niveau des quartiers, des districts ; et puis que ces gens soient nommés», accuse-t-il.

Reste à savoir si Cellou Dalein Diallo profitera de sa rencontre avec le président Alpha Condé pour convaincre celui-ci de le suivre dans sa logique de raisonnement. Pour l’heure, tous les yeux sont rivés vers le Palais Sekhoutouréyah qui abritera la rencontre dans l’espoir que cette fois les deux camps discuteront honnêtement de toutes les questions qui les divisent et fragilisent directement la stabilité de la Guinée.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.