« On ne peut utiliser les vertus de la démocratie pour en violer les principes cardinaux » (Me Thierno Souleymane Barry)

Le discours controversé du Président Alpha Condé, qui instruit son Premier ministre à procéder à des consultations pour son fameux projet de réforme constitutionnelle, dont la démarche vise à lui octroyer un troisième mandat, suscite des vives réactions en Guinée.

Après la réaction du FNDC, qui fermes toutes les issues pour cette fameuse ‘’consultation’’ dont  les conséquences seront incalculables pour la suite des événements, un avocat revient la nécessité d’une alternance démocratique dans notre pays.

Sur sa page facebook, Me Souleymane Barry, avocat du barreau guinéen dénonce la violation des ‘’ principes cardinaux’’ de notre jeune démocratique et appelle à poursuivre la lutte pour la construction d’un Etat de droit en Guinée. Lisez….

« Notre position demeure inchangée: l’intégrité du processus démocratique en Guinée exige que l’on ne puisse remettre en cause, par quelque procédé que ce soit, le principe de l’alternance démocratique
On ne peut utiliser les vertus de la démocratie pour en violer les principes cardinaux, en particulier le principe de l’alternance démocratique.
Une telle tentative s’apparente à ce qu’il est convenu d’appeler l’abus de droit.
Œuvrer pour la consolidation de notre processus démocratique est de refuser tout compromis qui remet en cause ses bases fondamentales acquises de haute lutte par le peuple de Guinée. Comme le dit si bien l’adage, si l’on peut ajouter l’huile à la graine d’arachide, il ne faut pas en extraire le peu qui s’y trouve. Autrement dit, si l’on peut ne contribuer à consolider la démocratie en Guinée, il ne faut pas en ôter les maigres acquis. »
Dr Thierno Souleymane Barry
#PourUnEtatdeDroitEnGuinee

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.