Opposition piégée : voici pourquoi Alpha Condé est rentré plus tôt

C’est certainement mal connaitre les calculs politiciens d’Alpha Condé que de reporter la manif programmée pour ce 10 août. Alpha Condé était dans l’antichambre et n’attendait que cela pour rentrer par la pointe des pieds, quitte à ajourner son rendez-vous médical planifié à Paris, suite à la crise enregistrée chez Idris Déby, en début de semaine.

L’homme rentre donc plus tôt que prévu parce que les opposants ont menacé d’intenter des actions auprès du Parlement pour prononcer la vacance du pouvoir. « S’il continue à se promener dans les avions, nous allons demander aux députés de déclarer la vacance du pouvoir. Parce que la Guinée ne continuera pas être dirigée par des avions », menace le président du Bloc libéral, Faya Milimono. Alpha Condé est malade, souffrant, mais plus personne ne pipe mot. Pourtant, l’article 40 de la Constitution stipule : « Est considéré comme empêchement définitif, l’incapacité physique ou mentale dûment constatée par un collège de médecins spécialistes rendant le président de la République inapte à exercer les charges de sa fonction. »

La disposition suivante ajoute : « La vacance de la fonction de président de la République consécutive au décès, à la démission, ou à toute autre cause d’empêchement définitif est déclarée par la Cour constitutionnelle. La Cour Constitutionnelle, saisie à cette fin, par le président de l’Assemblée nationale, en cas d’empêchement de celui-ci par l’un des vice-présidents, à défaut par un groupe de députés représentant le quart (1/4) de l’Assemblée nationale, déclare la vacance de pouvoir. »

Contre toute attente, Alpha Condé rentre au bercail, pour repartir certainement la semaine prochaine pour son contrôle médical, pas comme celui de Fatou Siké, parce que lui souffrant déjà de graves maladies, des pathologies qui doivent être suivies par des spécialistes et d’une manière continue. Il rentre donc fâché contre certains proches, notamment ceux des Affaires religieuses et le Général Baldé du Haut commandement de la Gendarmerie. Ils sont accusés d’avoir vendu la mèche (Crise et hospitalisation au Tchad).

La marche des opposants pourrait intervenir dès lundi ou mardi, afin d’empêcher le PSDF (Président Sans Domicile Fixe) de reprendre vite son avion.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

  1. […] à l’article de presse publié sur le site http://www.kabachir.com à la date du 10 août 2016, intitulé : « opposition piégé :voici pour quoi Alpha Condé est […]

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.