Ousmane Gaoual, le buffle et le Préfet

Souleymane Sow est le préfet de Gaoual. Ousmane Gaoual Diallo est le député uninominal de la même circonscription. Le courant ne passe plus entre ces deux personnalités. En cause : l’administrateur de l’Etat à la base accuse l’élu de lui avoir manqué du respect, parce que l’ayant traité de menteur.

Ce mensonge est lié à l’abattage d’un buffle dont se serait rendu coupable le bouillant député. Le préfet ne se limite pas là. Il charge : Ousmane Gaoual incite la population contre la Préfecture. Faux, réplique le député : « Je vous dirai que je n’ai pas tué de buffle. J’ai juste rappelé que si quelqu’un m’accuse d’avoir tué un buffle, il a menti. Si le préfet prend ça, alors oui c’est des propos que j’ai dit et ils correspondent à la vérité. Je n’ai insulté personne et je n’ai incité personne à faire autre chose dans la localité. »

Que fait-il alors, bien que député de la localité : « Je suis là pour des actions de développement. Vous avez pu écouter les témoignages des citoyens basés à Gaoual notamment le président de district qui est un préposé de l’Etat. Donc je ne suis pas dans ces histoires-là, parce que le préfet de Gaoual veut se faire une petite publicité mais il la perdra. » Qu’en est-il alors du buffle ? Réponse du député dans la presse locale : « Je pense que l’animal aurait été abattu il y a 4 ou 5 semaines, je n’étais pas à Gaoual, je me pose la question où ils ont tiré ça ou l’histoire d’incitation des populations. Je ne pense pas que les activités que nous menons dans la localité correspondent à ces accusations. Nous avons mobilisé ces derniers jours plus de 1000 personnes pour réparer des routes selon nos moyens. Aujourd’hui chacun a un téléphone s’il y a mouvement quelconque certains auraient pu prendre des images avec ce monde connecté. Aucune autorité n’était avec nous, ni le préfet, ni un sous-préfet encore moins un chef de secteur. »

La viande du buffle a été partagée, vendue ou qu’en- a-t-on fait ? Une question qui reste en suspens. Ce qui est sûr c’est une espèce protégée. Comme le gouvernement, aucune anticipation n’a permis d’éviter à que ce buffle rase le bétail des éleveurs.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.