Ousmane Gaoual s’offre Damaro : l’histoire du coup d’Etat de 1985 en surface


Damaro Camara est le seul militant du RPG du moment qui anime, égratigne, met mal à l’aise, provoque, etc., à telle enseigne qu’il dérange des adversaires, surtout ceux de l’UFDG.

En face, un autre militant, mais cette fois-ci de la première formation politique d’opposition. Il a pour nom : Ousmane Gaoual Diallo. Quand les deux hommes politiques-là se rencontrent, il y a de quoi en être hilare et informé. Récemment, Damaro Camara a volé dans les plumes de l’UFDG. Ousmane Gaoual n’a pas attendu pour lui rendre la monnaie.

Extrait : « Il faut situer Damaro dans l’histoire de la Guinée à travers la trahison qu’il a faite dans le cas Diarra en 1985. Est-ce que ce personnage qui milite dans un parti dont le président qui est aujourd’hui le chef de l’Etat,  a été condamné pour atteinte à la sureté de l’Etat  et pour rébellion, dont les anciens rebelles viennent à l’assemblée générale du parti pour revendiquer leur participation à la rébellion et probablement à l’assassinat de certains officiers commePanival. Non ce n’est pas le plus apte et qualifié pour traiter l’UFDG d’une institution terroriste. » Ousmane Gaoual Diallo pense que « Damaro devrait se regarder dans un miroir et regarder en face le passé de son parti avant d’accuser l’UFDG. » Pour rappel, Damaro Camara, après sa forfaiture, « il s’en est tiré avec une maison aux Etats-Unis, avec un exil doré. On sait ce qui s’est passé ici. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.