Ousmane Kaba (PADES) sur l’augmentation du carburant à la pompe

«Je ne connais pas la date (de l’augmentation du prix du carburant à la pompe, NDLR), mais ça fait partie effectivement des mesures préalables. Puisque vous vous souvenez qu’il y a eu dérapage dans le programme en cours et qu’il y a eu renégociation pour remettre le programme sur les rails. Il y a un certain nombre de mesures. »
Ousmane Kaba, président du PADES rappelle que comme les négociateurs n’avaient pas confiance en l’équipe guinéenne, ils ont mis beaucoup de mesures préalables. Et d’ajouter que ceux qui sont familiers avec ce genre de programme, comme moi, nous savons que lorsqu’il y a beaucoup de mesures préalables, ça veut dire qu’il y a un manque de confiance entre les interlocuteurs. En sa qualité de spécialiste, Ousmane Kaba note  qu’il y a plusieurs mesures, mais « j’en retiens deux essentielles. Il s’agit de l’augmentation du prix du carburant de 25%. Ensuite, il s’agit d’augmenter le prix de l’électricité également. Voilà deux mesures qui sont très difficiles à mettre en œuvre, mais qui doivent être mises en œuvre avant le début du nouveau programme. »
Il craint par ailleurs des troubles sociaux : « Une éventuelle augmentation du prix du carburant et de l’électricité risque de provoquer des troubles sociaux.Il revient au Premier ministre de présenter ça au peuple de Guinée, d’expliquer le contenu et discuter avec les différents acteurs. Ça, c’est le travail du nouveau Premier ministre et du nouveau gouvernement. »
Attendons de voir.
Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.