Ousmane Kaba, Sékou Savané et Diawara PTS : le signal du début de la fin

Ce geste peu avisé d’Alpha Condé, samedi dernier a eu un impact potentiellement destructeur. L’homme est actuellement happé par la peur du chaos que lui-même a conçu. Le bateau RPG tangue et prend l’eau par endroits.

En attendant la réaction fort attendue de la Coordination Mandingue qui parlait jusque-là de leur fils, aujourd’hui révélé ingrat, trois députés et pas des moindres se sont fait voix. Comme pour entamer le début de la fin d’une gestion calamiteuse du RPG et de la Guinée. Le début de la fin ? Oui, le début de la fin. Embarrassés, blessés dans leur combat et leur orgueil, révolté par une ingratitude sans nom, les Malinkés, comme un seul homme entendent le faire payer.

Loin d’être morveux donc de se moucher, les deux anciens ministres de Conté (Diawara et Ousmane Kaba) ont pris les devants, surtout que Condé a déclaré que «Tous ceux qui ont mené la lutte clandestine, il n’y avait aucun Malinké dedans. Je répète, aucun Malinké, c’étaient des Bagas et des gens de Lola. » Un discours « inapproprié qui s’adresse à une communauté dont les valeurs cardinales sont le courage, I’honnêteté et la fidélité à la parole donnée. Sans cette loyauté indéfectible même dans un domaine aussi versatile que la politique, vous n’auriez jamais pu vous hisser à la magistrature suprême de notre pays », notent le Dr Ousmane Kaba, Mamady Diawara et Savané, le député RPG de Siguiri.

En protestant ainsi, c’est toute la communauté malinké qui se retrouve, qui rend à Alpha la monnaie de sa pièce. Après tout, rappellent-ils, « Les intellectuels guinéens se doivent de cimenter cette unité et non de mettre les différentes communautés dos à dos. » Manifestement, il y aura un avant et un après 17 mai, date commémorant le retour de Condé au pays. En tout état de cause, le Dr Ousmane Kaba et les autres, au nom des Malinkés épris de justice, de reconnaissance, etc., vont « tirer après concertations, tirer les conséquences politiques qui s’imposent. » Cela veut dire tout. Surtout qu’eux, n’ont pas appris l’effet d’annonce.

Les jours et semaines risquent d’être palpitants. Une nouvelle configuration du parti se dessine déjà. Alpha n’aura que ses yeux pour pleurer et ses bourdes pour désintégrer le reste du parti, avant son départ, probablement anticipé des rênes de la République. Sait-on jamais !

Jeanne Fofana, www

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.