Oussou Fofana sur l’incident de Bruxelles: un démagogue ?

Il n’a pas souhaité répondre pour certainement trop exposer le parti dont il jouit pour autant d’une grande audience. Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG s’est vu attaqué par un des siens, suite à sa réaction enregistrée après ce qui est convenu d’appeler l’incident de Bruxelles où Alpha Condé a été insulté par des opposants.

Celui qui s’est rendu coupable de l’attaque contre Fodé Oussou Fofana a pour nom Ousmane Gaoual Diallo. « Le vice-président de l’UFDG Fodé Oussou ne doit pas tomber dans la démagogie. La sacralisation du statut du chef de l’État procède de son attitude. L’incarnation du statut et le comportement doivent impérativement obéir à des règles qui fondent l’exigence de protection du chef de l’État. Se mettre à condamner tel ou tel comportement de nos concitoyens est culpabilisant », peut-on lire sur la page Facebook du député de Gaoual.

Une attaque de trop contre une personnalité politique, dénonce-t-on ici et là, accusant de fait Ousmane Gaoual Diallo d’avoir poussé trop loin le bouchon. Qualifier Oussou Fofana de démagogue pour avoir dénoncer les attitudes injurieuses de Bruxelles révèle d’une attaque frontale et expose de fait l’UFDG à une autre crise sans précédent. En effet, le parti est fortement secoué par les stigmates Bah Oury, le budget du Chef de file de l’opposition,  la division qui couve et le départ des autres membres de l’opposition républicaine. C’est déjà assez pour créer d’autres frustrations.

De toute évidence, le départ de Fodé Oussou Fofana dénudera le parti et le décolorera. Accusé de parti de peul, Fodé Oussou s’est toujours inscrit en faux contre cette imagerie politique. Coïncidence malheureuse, cette attaque de Gaoual intervient au moment même où le RPG drague le porte-parole de l’opposition Aboubacar Sylla.

Le Conseil politique doit sauver la maison UFDG, au risque de se voir surpris et remise sur le carreau. Un porte-parole doit être désigné pour s’exprimer à chaque fois qu’il est question de crise. Seulement, à l’UFDG, comme ailleurs, tout le monde parle au nom du parti. Ce désordre peut porter préjudice.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.