Pacte de convergence CEDEAO : Bah Oury pris en défaut ?

Les communales, selon les accords du 12 octobre, doivent de tenir en février 2017. Mais certains dont Bah Oury, signataire de la pétition contre ces dits accords estiment qu’il y a un gros risque de report. Si et seulement si, le Code électoral n’est pas révisé comme le suggèrent les accords politiques inter guinéen.

Pour le frondeur de l’UFDG si leur proposition de modification passe, « il faudra, au regard du pacte de convergence de la CEDEAO qu’il y ait un délai de 6 mois entre la mise en force d’une loi et l’organisation d’une élection. Donc, si la loi passe au mois d’avril, il faudrait au minimum 6 mois avant que les élections communales ne soient organisées si on veut respecter les procédures que l’Etat guinéen a ratifiées. »

Faux ! Réplique le porte-parole de l’opposition républicaine. Selon Aboubacar Sylla, Bah Oury n’est pas allé au bout du pacte de convergence. Et le bout de phrase qui prend à défaut Bah Oury est celle-ci : « sauf large consensus politique ». Or, les accords politique du 12 émanent selon ce qu’on voit, d’un large consensus politique dès lors que la mouvance, l’opposition, la société civile, etc. étaient représentées.

Bah Oury l’apprendra donc à ses dépens. Il fait partie de cette « petite minorités bruyante » que décrit Aboubacar Sylla.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.