Parlement guinéen : vers un vide constitutionnel qui inquiète

L’organisation des élections législatives est peu évoquée par les acteurs politiques. Echaudés par les communales dont l’installation des élus fait toujours polémique, les leaders politiques peine. Pendant ce temps, on s’achemine vers un glissement du calendrier et donc d’un vide constitutionnel.

Selon toute vraisemblance, les législatives ne pourraient être organisées cette années.  Pourtant, déplore un leader politique, il est bien possible qu’on puisse renouveler à temps en respectant les échéances électorales car, personne n’est surpris par la fin d’une échéance dans un pays. Il semble que tout le monde y travaille pour que nous ayons tous des élus caducs car ils y tirent leur compte.

« Cependant, contrairement aux élus communaux, une Assemblée nationale caduque a des répercussions sur l’ensemble du fonctionnement de l’administration notamment en ce qui concerne l’adoption des lois de finances, les grands projets de développement, les prêts et autres actions indispensables à la construction nationale. Car, le développement ne doit pas s’arrêter.Vous n’êtes pas sans savoir que toutes les décisions prises par des députés caducs   peuvent être contestées après car, ils ont fini le mandat que le peuple de Guinée leur a confié », déplore l’acteur politique. Ce vide constitutionnel en vue est manifestement inévitable.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.