‘’ Le RPG continue à faire les meetings, sans tenir compte de l’état d’urgence sanitaire’’ déplore Fatou Baldé

Cette année, la Guinée devrait s’acheminer vers des élections locales. Cependant, avec le virus Ebola, la question n’est pas d’actualité. Pourtant, à en croire Mme Yansané Fatou Baldé, l’épidémie de virus Ebola ne devrait pas être un prétexte pour ne pas travailler sur les préalables des élections.   
‘’Il ne faut pas trouver comme prétexte Ebola à empêcher de suivre le processus électoral. Je crains fort qu’en voulant trop garder l’esprit sur Ebola, qu’on se retrouve un beau matin pour dire qu’il faut le faire vaille que vaille et que les choses  soient bâclées et que cela aboutisse à des contestations dont on ne saura pas la portée.’’
La Guinée a décrété un état d’urgence sanitaire en Août dernier, du coup les regroupements sont annulés. Mais force est de constater que le pouvoir en place ne se respecte pas à cette exigence, souligne la Vice-présidente chargée des questions politiques au sein de la Conseil National des Organisations de la Société Civile.
‘’Je salue la décision de beaucoup de  partis politiques qui ont suspendu  leurs meetings hebdomadaires, mais quand vous voyez que le parti au pouvoir continue à faire les meetings, sans tenir compte de l’état d’urgence sanitaire qui est contraire à la mobilisation hebdomadaire, c’est déplorable.’’
Depuis l’annonce de la présence du virus Ebola en Guinée, plusieurs personnes en sont mortes. Aujourd’hui, Yansané  Fatou Baldé demande au peuple de Guinée de croire à l’existence de cette maladie. C’est de dire aux guinéens de croire à l’existence de la maladie. Ebola existe, ce n’est pas quelqu’un qui est venu introduire Ebola en Guinée, les sauves-souris constituent les réservoirs naturels du virus qui ont migré vers l’homme en passant par un animal de brousse et donc maintenant la chaine de propagation s’est multipliée, il faut que chaque citoyen veuille à arrêter la chaine de transmission.’’
La Guinée est sous les projecteurs, le virus Ebola occupe tous les esprits, l’échéance 2015 approche à grands pas, alors que les élections locales qui devaient se tenir en fin d’année ne sont pas à l’ordre du jour.
Abdoul Wahab Barry, Kabanews

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.