PASSEPORTS BIOMETRIQUES : Qui veut saboter la distribution ?

La Guinée étant égale à elle-même, la distribution des passeports biométriques, à peine relancée, est de nouveau grippée. Depuis quelques semaines, aucun passeport n’est délivré par la direction centrale de la police de l’air et des frontières (DCPAF). En cause, dit-on, une panne du groupe électrogène en charge de prendre le relai quand EDG se laisse aller à son infidélité légendaire. Mais pour certains, c’est là un simple prétexte destiné à justifier une nouvelle rupture dans la distribution et favoriser ainsi le marché parallèle, toujours plus juteux pour les responsables corrompus.
En effet, comment peut-on oser prétendre que la distribution d’un document aussi important que le passeport est perturbé à une simple panne d’un groupe électrogène ? Cette explication, on l’avait déjà entendue par le passé. Et on ne peut pas comprendre qu’avec tout ce que le département en charge de la sécurité a engrangé depuis que l’on délivre de nouveau les passeports, on ne puisse pas trouver une solution à cette fameuse panne du groupe. Sans oublier qu’entre temps, les cartes d’identité sont aussi parallèlement délivrées. Par ailleurs, comment pourrait-on expliquer que le département le nouveau ministre, Abdoul Kabélè Camara, n’ait pas pensé à cette question quand il s’est agi de relancer la délivrance des passeports ?
En réalité, il doit s’agir d’une situation dans laquelle des cadres du département, mécontents de ne pas suffisamment rançonner les citoyens, entendent de nouveau créer une nouvelle crise. En fait, l’idée est de provoquer la rareté et monter conséquemment les enchères. L’objectif étant qu’à terme, le passeport dont le prix officiel aujourd’hui est de 500.000 GNF puissent coûter davantage, avec les circuits parallèles que les arnaqueurs vont mettre en place.
Il en va ainsi de la Guinée, malheureusement !
Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.