Passeports diplomatiques pour les épouses des députés : Fodé Oussou Fofana s’opposera à une telle proposition

Alors que la polémique enfle depuis la publication par nos confrères de Guinéenews d’un article révélant l’adoption imminente d’un nouveau règlement intérieur au sein de l’Assemblée nationale qui accorderait aux épouses et enfants des députés le droit d’avoir des passeports diplomatiques, les parlementaires assurent n’avoir jamais entendu parler d’une telle proposition. Tous les députés interrogés, depuis, affirment n’être au courant de rien.

Comme Baïdy Haribot, Mouctar Diallo, Habib Baldé, Saïkou Yaya Barry …, Fodé Oussou Fofana dément fermement l’existence de cette «information», apprise par voie de presse. «Ce n’est [en tout cas] pas l’émanation du bureau de l’Assemblée» auquel il appartient, en tant que président du groupe parlementaire les Libéraux démocrates.

Le troisième vice-président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) suppose que c’est un député qui a fait cette proposition. Mais il ne pense pas que celle-ci puisse prospérer. D’ailleurs, Dr. Fofana prévient qu’il ne voterait pas une telle proposition. «Si cette proposition est faite, nous (lui et les députés membres de son groupe, NDLR) nous opposerons».

Si dans les rangs de l’opposition, on affiche une «hostilité» à l’endroit d’une mesure favorisant certains membres des familles des députés, les élus proches du camp présidentiel n’y voient cependant pas de mal derrière cela. Pour Saïkou Yaya Barry de l’Union des forces républicaines (UFR), les parlementaires doivent bénéficier de certains avantages pour ne pas se laisser instrimentaliser par la tentation de l’argent.

D’autres députés abondent dans le même sens. Dans leurs arguments, ils mettent en avant le fait que les épouses des ministres disposent de passeports diplomatiques. Pour eux, les élus doivent être mieux traités que ces ministres, qui sont “simplement” nommés par le président de la République. Reste à savoir entre ces deux tendances qui va l’emporter. Pendant que cette affaire défraie la chronique, les citoyens lambdas, eux, sont privés de cartes nationales d’identité depuis décembre 2014. Une situation qui ne semble émouvoir très peu de personnes.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.