Paysage politique guinéen : Entre décomposition et recomposition

 

Depuis la signature de l’accord politique inter guinéen, le paysage politique guinéen connait une certaine mutation. L’opposition se fissure. Plusieurs partis politiques de l’opposition dénoncent le point de l’accord portant sur la désignation des Chefs des quartiers et districts en fonction des résultats des élections communales. Ces parties politiques constitués du PEDN, BL,BOC et PAD, se sont associés à des organisations de la Société civile pour rejeter l’accord politique qui selon eux, arrange les deux grandes formations politiques à savoir le RPG parti au pouvoir et l’UFDG, la principale partie de l’opposition guinéenne.

En effet, l’accord politique obtenu ne fera que profiter à ces deux grandes formations politiques  au détriment des autres partis qui n’ont pas de fief.

Quant à l’UFR de Sidya Touré, qui a quitté l’opposition républicaine et qui a décidé d’accompagner le Pr Alpha Condé dans sa mission, elle dit être toujours de l’opposition plurielle, même si elle a encore un ministre dans le gouvernement Condé, en l’occurrence le ministre de l’Elevage. Bien que l’UFR a pris part aux travaux des négociations, le parti de Sidya Touré, on se souvient, avait boudé la cérémonie de signature, à cause du fait que l’UFR ne figurait pas sur la liste des signataires de l’accord.

A ce jour, toutes les critiques le RPG et l’UFDG font l’objet des critiques, alors qu’au niveau de leurs états major respectifs, on estime tout de même qu’avec cet accord, c’est jouable.

Les deux formations politiques ont tiré les leçons de la désignation des délégations spéciales où le RPG et l’UFDG ont raflé l’essentielle des communes.
Comme on le voit, les grands partis se démarquent des plus petits comme pour dire, la politique est un jeu d’intérêt et il faut savoir saisir les opportunités dans le temps et dans l’espace.

Mariam Diallo, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.