Paysannat dans le pays profond : ce que demande Alpha Condé…

Le Président de la République a demandé à Mme la ministre en charge de l’Agriculture : d’évaluer l’impact de la sécheresse qui a prévalu cette année dans certaines régions sur la production de riz. C’était au cours du conseil des ministres tenu la semaine dernière à Conakry.

Alpha Condé a demandé aussi à son ministre de faire le point sur la fabrication en cours des décortiqueuses de fonio ; de suivre l’évolution de la vente des engrais aux paysans ; de prendre les dispositions nécessaires pour la mise à disposition sécurisée des moissonneuses-batteuses dotées de système GSM avec une procédure de location par Mobile Money. Bref, Alpha Condé veut voir la mise à disposition pour les femmes et les jeunes de décortiqueuses après des séances de formations avec des instructeurs expatriés.

Cet intérêt soudain pour cette couche de la société répond en partie à une promesse de campagne sans cesse faite mais sans jamais avoir lieu. Il aura fallu attendre près de dix ans pour le Président guinéen s’intéresse aux femmes – à part la fameuse MUFFA – et aux jeunes dont le sous-emploi appelle au départ à l’exil. Le paysannat est un secteur porteur de croissance mais sans jamais réellement bénéficier d’aide de la part de l’Etat. Le président n’avait-il pas demandé, il y a des lustres, de procéder à la transformation sur place entre autres du fonio, du soumbara et de la patate douce ? De fausses annonces.

Pourtant, la démarche allait donner plus de valeur à ces produits et plus d’importance à la production. Selon Damantang Camara, une structure de rachat de ces produits a été mise en place également, non seulement pour accompagner les productrices et producteurs mais aussi pour faciliter leur travail et leur assurer un débouché par le rachat de toute la production.

Pour y arriver indique le porte-parole du gouvernement, des missions vont sillonner les quatre régions pour prendre contact avec les productrices et producteurs, afin de mieux expliquer la nouvelle politique du gouvernement. L’objectif est selon Damantang Camara, de valoriser le travail des paysannes et paysans et leur assurer un meilleur revenu. Il faut rappeler que le Président de la République a toujours dit que l’avenir de la Guinée c’est l’agro-industrie. Son mot d’ordre est donc plus que jamais d’actualité : « produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons ».

Que de discours…

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.