Le PEDN quitte l’opposition républicaine : le réel motif ?

Certains évoquent des motifs stratégiques, d’autres des raisons purement politiqués liées notamment à une crise interne qui couve depuis bien des mois entre l’UFDG et le PEDN mais dont les deux présidents tentent de calmer.

De toute évidence, aujourd’hui, le PEDN annonce son retrait de l’opposition républicaine. Mais pour quel motif ? Réponse de François Bourounou : « Il n’y a pas eu de départ en quelque sorte, il faut qu’on soit clair. A l’époque nous étions un groupe de l’opposition, il y avait le Collectif des partis pour la finalisation de la transition, il y avait l’ADP (l’Alliance pour la démocratie et le progrès). Les deux groupes se réunissaient et prenaient des initiatives ensemble, organisaient des manifestations, faisaient des déclarations communes. Mais on visait un objectif. Cet objectif au début c’était d’avoir la tenue des élections législatives. » Quelle aura été la suite ? Le PEDN justifie : « L’opposition s’est réunie à l’époque, on s’était dit de ne pas aller à l’Assemblée. Tous les partis de l’opposition républicaine étaient signataires de cette déclaration. Alors qui a trahi ? Ce sont les autres qui sont allés finalement contre leurs dires. Le PEDN est resté sur la position dictée par le groupe. Le PEDN avait dit aussi que l’accord du 20 août ne rapporterait à rien, on tombait dans le piège du coup K.O qui s’annonçait déjà. »

Pour le PEDN, « Une opposition, c’est une vision. Une opposition ce n’est pas agir sur des circonstances. Aller à l’Assemblée parce qu’on

paie des salaires. Si aujourd’hui on regarde le bilan qu’on a, il y a eu combien de morts, combien de commerçants ont perdu leurs biens, est-ce qu’il fallait privilégier les salaires à l’Assemblée par rapport à l’enjeu qui est en face de nous. Quelle est la loi la plus sérieuse qui a été amendée, adoptée à l’Assemblée dans l’intérêt supérieur du peuple de Guinée. Au contraire il y a une loi qui est passée à cette Assemblée où on autorise désormais les forces de l’ordre à tirer sur des manifestants. »

En tout état de cause, « On ne quitte pas l’opposition, nous restons de l’opposition politique mais avec une méthode d’action différente, que celle que nous avons appliquée à l’époque avec les autres qui ont donné des résultats insignifiants. »

Alpha Condé saura certainement tirer ses marrons du feu…lui qui menace de désintégrer l’opposition. Alors vigilance !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.