Pèlerinage 2015 : quelle chance pour la Guinée ?

L’année dernière, des Guinéens qui rêvaient d’aller à la Mecque ont tout simplement vu leur rêve s’envoler aux éclats. L’illusion était grande. Mais, à cause de l’incurie de l’Etat, des pèlerins sont restés à la maison. D’autres, les plus coriaces sont allés dans les pays voisins pour se trouver une place dans l’avion. Avec une bonne dose d’arnaques. Les plus sereins et résignés ont pris la contrainte Ebola comme une malchance jetés pour voir jusqu’où Dieu pourra leur venir en aide.

Une année s’est presque écoulée. Cette année encore, les mêmes craintes habitent les Guinéens. Au cours d’une rencontre récemment organisée au secrétariat général des responsables religieux ont plaidé pour l’implication de tous les imams dans la lutte contre Ebola. Auparavant, le ministre de la coopération internationale Moustapha Koutoub Sano avait déclaré : « Nous espérons que le problème sera derrière nous l’an prochain, et que le quota de pèlerins guinéens sera augmenté pour inclure ceux qui ne sont pas partis cette année. Cette mesure exceptionnelle a déjà été prise par le passé », dira le ministre, lequel n’aura pas été surpris car, « tout au long de l’année nous sommes restés en contact étroit avec Riyad. Début avril, les autorités saoudiennes ont décidé de suspendre l’octroi de visas aux ressortissants des trois pays frappés par l’épidémie d’Ebola, dont la Guinée. »

Le ministre Sano est tout de même conscient de la grande déception des Guinéens restés au pays pour cause d’Ebola. Seulement, « nous avons fait un effort considérable pour sensibiliser toutes les personnes concernées, qui sont près de 10 000. La population comprend qu’il serait égoïste de mettre en danger la santé de millions de pèlerins. » On attend de voir. En attendant la représentation diplomatique saoudienne a été transférée ailleurs. Loin d’Ebola.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.