Pénurie d’eau à Conakry : Salmana DIALLO de la société civile dénonce et accuse la SEG d’escroquer les pauvres citoyens

En ce mois d’avril, de nombreux quartiers de Conakry sont privés d’eau potable. La plupart du temps, les robinets sont secs tandis que l’écrasante majorité des puits tarissent. Les citoyens se trouvent obligés de se tourner vers les forages privés dont le fonctionnement aussi dépend naturellement du courant qui est aussi rare. Ce calvaire amène certains acteurs de la société civile à briser le silence. C’est notamment le cas du président-fondateur du conseil nationale des organisations de la société civile pour la démocratie et le développement de la Guinée. Dans un entretien accordé à des confrères d’une radio privée, Salmana DIALLO a fustigé le comportement des travailleurs de la société publique en charge de la distribution d’eau.

« Le CNOSC-DDG constate que la SEG (société des eaux de Guinée : ndlr) est en train d’escroquer les citoyens, ses clients. Je m’explique : on paie régulièrement les factures alors que l’eau ne vient pas régulièrement. Regardez au niveau des robinets, c’est purement technique.  Quand tu ouvre le robinet après deux à trois jours sans eau, comme vous le savez les enfants et les femmes surtout aiment souvent vérifier si l’eau est revenue à la pompe ou pas, le vent qui sort met la pression sur le compteur qui se met en marche. Même ce n’est pas au même rythme que l’eau, ça fait bouger l’aiguille. Et force d’ouvrir chaque fois le robinet, ça s’accumule. Ainsi, avant le retour de l’eau, il se trouve que le compteur a beaucoup bougé. Et les agents de la SEG lors de la facturation ne tiennent pas compte de cela »

La fourniture d’eau potable à Conakry demeure l’une des épineuses questions auxquelles le gouvernement peine à trouver la réponse.

Oumar Rafiou DIALLO, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.