Pillage des boutiques et magasins : des forces anti émeutes indexés !

Au niveau des forces anti-émeutes, quand il n y a pas de désordre dans les rues de Conakry et ailleurs, notamment sur l’axe HamdallayeBambeto, elles se tournent les pouces. Mais dès l’instant qu’il y a une menace de grève, de marche politique, on se requinque et mobilise l’arsenal. Pas seulement pour ramener la paix et la quiétude sociales mais aussi faire des tirs de sommation et chasser les jeunes, puis vandaliser boutiques et magasins avant de créer le vide.

 

A Cosa, des témoins font état de magasins mis à sac par des policiers et gendarmes devant le regard des manifestants, lesquels sont revenus ratisser large, après le départ bandits en treillis, armés de matraques et de gaz lacrymogène. A la superette de la station d’essence de Bambeto, les mêmes policiers et gendarmes sont indexés. Selon une radio locale, c’est un pick-up des forces anti-émeutes qui est allé heurter les grillages de la boutique qui faisaient office de couverture avant de s’attaquer à la vitre et s’introduire. Elles se sont servies à satiété. Le vaste champ de ruine sera cédé aux manifestants qui ratissent eux aussi.

 

Aujourd’hui, cette essencerie ressemble à un amas de ferrailles et de plastiques volants. Une désolation qui en dit long sur la violence qui a été enregistrée là, par le truchement bien entendu des policiers et gendarmes.

 

Le ministre de la Justice Garde des Sceaux a annoncé l’ouverture d’une enquête pour identifier les auteurs et commanditaires de la violence et des morts d’hommes. Bien des Guinéens restent quand même sceptiques quant à l’issue heureuse de cette enquête, d’autant plus que toutes autres enquêtes n’ont jamais été rendues publiques et que les auteurs purgent leurs peines.

 

On voit là une sorte de pirouette du gouvernement pour tenter de faire revenir le calme dans la cité.  Sans jamais punir. Et avec cette attitude, on veut restaurer l’autorité de l’Etat. Une autorité déjà bafouée par les gouvernants eux-mêmes. Plutôt drôle pour ce petit pays de l’ouest africain.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.