Pita : un enseignant viol son élève de 11 ans

Face à l’impunité qui gangrène ces dernières années la République de Guinée, vols, viols et assassinats se sont multipliés. Les uns plus horribles et ignobles que les autres. Une fille  âgée de 11 ans en classe de 4 année, d’une école privée de la commune urbaine  de Pita a été voilée par son maître de classe ce dimanche 15 février 2015.

La scène est sans doute horrible et difficile à expliquer. Mariam Barry, la fille ( sur image )qui a  subi les caprices de son maître de classe raconte sa mésaventure : « J’étais parti en retard le matin à l’école. Notre maître m’a dit de recopier ce que les autres ont fait à mon insu. Quand j’avais terminé, il m’a donné aussi un  autre problème, je termine l’exercice, mais il me restait une ligne à tracer.Après il m’empêche de sortir  de la classe. J’ai dit Monsieur, je dois faire la lessive. Il me dit, tu es pressée ? Je lui ai répondu oui. Ensuite, il me dit être pressé et de préparer sa vie qu’est-ce qui tu préfères, je lui ai répondu, c’est préparer mon avenir qui m’importe de plus. Après plusieurs tractations, Il m’empêche à nouveau de sortir de la classe et tombe sur moi ».


Pour sa mère, c’est un acte difficile. Elle revient sur les circonstances : « Elle est revenue  de l’école et m’a appelé dans la chambre. J’ai dit, tu ne peux pas me parler ici, elle me dit Néne [NDLR : Maman]  venez seulement dans la chambre. Après elle m’annonce que son maître a abusé d’elle. Elle m’a relaté comment la scène s’est produite ».


Avec une détermination non de la moindre Abdoul Karim Barry, le père  de la fillette a réussi à mettre main sur le violeur présumé : « Ma fille a été deviergée, ma fille a été deviergée. C’est son maître Mamadou Diouldé qui est fautif. Nous avons réussi à mettre main sur lui, il est actuellement à la police avec sa moto ».


Pour le père de la fillette : « Même sa manière d’expliquer les faits, prouve à suffisance qu’il a tort et a touché à ma fille. J’ai même acheté des  médicaments, si elle n’avait pas été touchée on  n’allait acheter ces médicaments. Qu’est-ce qu’il a à discuté avec une fille de 11 ans ? s’interroge-il.

Au moment où nous quittions la préfecture de Pita, les officiers de police du commissariat central de Pita attendaient de l’hôpital préfectoral les résultats des examens médicaux pour confirmer ou infirmer la thèse du viol. 

Aux dernières  nouvelles, des sources proches de la famille de la fillette nous informent que le cas a été confirmé et l’indignation est grande dans la famille. 

Affaire à suivre….  

Sally Bilaly Sow, envoyé spécial de Kabanews à Pita.

  1. condé dit

    il ya tout en guinée des pédophiles en gogo qui violent les petites filles dans impunité total , l’assassinat des vrais élites , association des homosexuels , des voleurs , des violeurs , des fourbes , des félons , des fanfarons , des démagogues , des pileurs , des pompeurs , des crimes contre la population et ils disent musulmans , chrétiens .
    Les merdias , les faux journalistes les intellectuels en alphabet en gogo ha ha haaaaaaaaaaaa , des vendus stooooooopppppppp trop c’est trop les mauvais copieurs nul à chier ses immorales stop stop stop .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.