Plainte de Faya contre Lamine Kaba : le TPI de Dixinn saisit !

Mohamed Lamine Kaba, président du parti Force des Intègres pour la Démocratie et la Liberté (FIDEL) sera devant le Tribunal de première instance de Dixinn, le 24 octobre 2014. Ainsi, fait suite à une plainte formulée par Faya Milimono, président du Bloc libéral contre son ancien pair de la COEP. Il est reproché à Mohamed Lamine Kaba une diffamation par voie de presse. Il l’avait promis, il l’a fait. Mais jusqu’où ira Faya Milimono, dans ce dossier ? On s’interroge, mais, l’homme lui n’entend pas reculer. Même si certains estiment que c’est juste pour ‘’corriger’’ un affront perpétré par un ancien ami de la COEP.

De toute évidence, selon la citation à comparaître c’est au cours d’une conférence de presse tenue le 13 septembre par la Coordination de l’Opposition Extraparlementaire (COEP),  a parlant de Faya Millimono, déclaré : « il a fait croire à un moment aux responsables de l’UFDG qu’il allait adhérer à ce parti après son départ de la NGR. Ceux-ci l’ont même envoyé en mission du côté de l’Angola. Arrivé en Angola, les militants et sympathisants de l’UFDG dans ce pays lui ont remis une somme de 70 mille dollars d’envoyer en leur nom à la direction de l’UFDG. C’est avec cet argent qu’il a construit une maison. Et, il a cherché un siège pour son parti dans le reste de cet argent. Nous connaissons tout cela. Qu’il se ressaisisse sinon… »

Cette accusation balayé d’un revers de main par l’accusé a donc affecté le leader politique et du coup, sollicite du Tribunal de retenir Monsieur Mohamed Lamine Kaba dans les liens de culpabilité pour délit de diffamation par voie de presse, faits prévus et punis par les dispositions de l’article 108 de la loi N°002/CNT/portant sur la liberté de presse. De son côté, le patron du FIDEL qui ne semble pas s’émouvoir outre mesure « lance le défi de démentir que les militants de l’UFDG ne lui ont jamais donné un sou ». En réalité, les inimitiés entre les deux hommes politiques sont nées de l’audience accordée par Alpha Condé, alors que le BL cherchait la voie la plus responsable. Estimant qu’il a été trahi, il se retire de la COEP et doute la façon dont les choses se seraient passées avec Alpha Condé. Voilà le fond du problème.

Jeanne FOFANA, Kabanews

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.