Plus de deux tonnes et demi de cannabis saisies aux portes de Conakry

Entre le 25 décembre 2016 et le 2 mars 2017, les services de sécurité ont saisi plus de deux tonnes et demi de cannabis aux barrages filtrants érigés sur la route qui relie Coyah à la capitale, Conakry. D’après la gendarmerie, ce sont 23 personnes qui ont été arrêtées au cours de ces opérations conduites conjointement avec la gendarmerie, la douane et l’armée.

Pour tromper la vigilance des forces de défense et de sécurité, les trafiquants n’ont pas manqué d’ingéniosité : dissimulation dans des bidons (d’huile), des pneus, des réservoirs de véhicules ou encore des hauts-parleurs de voiture. Ce jeudi, les 2,7 tonnes de cannabis saisies ont été transmises au Parquet de Coyah.
En dépit de la lutte contre la circulation de la drogue dirigée par le Secrétariat général à la Présidence chargée des services de la lutte contre la drogue et les crimes organisés, le trafic du cannabis, en provenance principalement du territoire sierra-leonais, n’est toujours pas éradiqué.
Si l’on n’est encore loin du milieu des années 2000 quand la Guinée était considérée par plusieurs chancelleries occidentales comme une plaque tournante du trafic internationale de la cocaïne entre l’Amérique latine et l’Europe, le chanvre indien continue toutefois d’arriver à Conakry.
Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.