Policiers indélicats, pas de contrôle aux heures de pointe !

Les usagers de la route étouffent à Conakry. Aucun axe routier de la capitale n’échappe à ce malaise de circuler. D’un côté, des camions en panne sont abandonnés en pleine chaussée, souvent sans aucune signalétique, à part un vieux bidon, des détritus ou des cailloux. Cette situation provoque des bouchons énormes. Certains usagers, très impitoyables, n’accordent jamais la priorité aux autres de se frayer un chemin. Bonjour donc aux désordres. C’est le triste constat partout en Guinée, notamment à Conakry.

Pendant ce temps, des policiers s’occupent des mêmes usagers pour les effrayer, arnaquer ou verbaliser, sans motif réel. C’est ainsi que des voies sont souvent empruntées, alors qu’elles ne sont pas dédiées à cet effet par des automobilistes ou motocyclistes. Nul périmètre n’est concédé aux piétons, aux vendeurs à la sauvette. Une chienlit qui ne dit pas son nom. Pour ajouter au désordre, des policiers indélicats, gendarmes, police antiémeutes, etc., chacun régule, sans trop de maitrise.

Aujourd’hui, pour inverser la tendance,   le contrôleur général Boubacar Kassé et porte-parole de la police, rappelle : «Il a été recommandé aux policiers d’éviter le contrôle pendant les heures de pointe pour éviter l’embouteillage…Tout policier pris en train d’arnaquer un automobiliste, passera devant la commission de discipline de la police. Les usagers de la route doivent refuser de recevoir des injonctions d’un policier qui n’a pas de badge. Il revient aussi aux automobilistes de se conformer à la loi. » Puis d’ajouter : « La direction générale s’engage définitivement à faciliter la tâche aux usagers de la circulation et contrôler  aussi des conducteurs de motos et chauffeurs qui profiteront de cette situation pour créer la pagaille. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.