POLITIQUE : Quand Bah Oury multiplie les impairs

Que se passe-t-il pour que Bah Oury, habituellement très clairvoyant, se laisse embourber comme c’est le cas actuellement avec les actes qu’il pose ? Son exclusion (qu’il n’attendait manifestement pas) aurait-elle fini par lui faire perdre la raison ? Ce n’est pas exclu. Autrement, après sa démarche auprès de l’Assemblée nationale en vue de la levée de l’immunité parlementaire de Cellou Dalein Diallo, n’aurait pas entrepris son voyage auprès du Kountigui contesté de la Basse Guinée.
Certains diront de tout ça que l’intéressé coule comme un navire. Et c’est vrai que la métaphore n’est pas inappropriée. En effet, quiconque se rappelle ce qu’était Bah Oury et ce que valait sa position il y a quelques mois, admettrait volontiers qu’il sombre à petit feu. Il n’est plus que l’ombre de lui-même, un leader évanescent et transparent, tout à la fois. Son discours sonne creux. A tout cela s’ajoutent des démarches qui trahissent son désarroi. Exclu de son propre parti, honni par ses militants les plus irréductibles, il ne bénéficie pas du soutien qu’il espérait de la part de son parrain, Alpha Condé. Rendu fébrile par l’incertitude de son sort et la perspective d’une chute vertigineuse, il cède à toutes les manœuvres, y compris les plus incongrues.
C’est ainsi que récemment il s’est lui-même, à la suite de la demande de ses avocats, déplacé pour aller solliciter de Claude Kory Kondiano la levée de l’immunité parlementaire de Cellou Dalein Diallo. Geste de dépit et de désespoir, cette démarche serait, de son propre aveu, consécutive à la lenteur qu’observe la justice. Mais d’une part, Amadou Damaro Camara lui avait répondu par médias interposé qu’on ne lève pas l’immunité parlementaire pour faire plaisir à rival politique. D’autre part, des juristes se sont chargés de lui rappeler que lui et ses avocats n’ont pas compétence à demander la levée de l’immunité parlementaire d’un député.
Non content de ce premier échec, il vient de se rendre chez le Kountigui contesté de la Basse Guinée, Elhadj Sekhouna Soumah. Sous le faux prétexte d’une visite de courtoisie, il serait allé plaider sa cause. L’idée étant que le maire rural de Tanénè use de sa pseudo-influence au sein de la communauté de la Basse Guinée et de ses bonnes relations avec le chef de l’Etat pour aider l’ancien vice-président de l’UFDG à remporter le bras-de-fer contre Cellou Dalein Diallo. Si du point de vue du principe, l’acte est compréhensible, il y a que la personnalité de Sekhouna pose problème. L’homme ne fait pas l’unanimité dans la région de la Basse Guinée et suscite même une grosse controverse. Du coup, ce que risque de récolter Bah Oury, c’est une inimité de la part d’une catégorie non négligeable des citoyens de cette région de la Guinée. Quant au président Alpha Condé, il n’est pas certain qu’Elhadj Sekhouna suffise à le décider à s’ingérer davantage dans la guerre fratricide que se livrent Cellou Dalein Diallo et Bah Oury.   
Aliou Sow, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.