POLITIQUE : La démarche risquée de Mohamed Traoré

 

Au cours d’une de ses dernières sorties au siège du RPG-arc-en-ciel, ciblant le chef de file de l’opposition, le ministre des travaux publics semble avoir pris des risques qui pourraient, si la logique continue, coûter cher à son mentor. En effet, Mohamed Traoré accuse Cellou Dalein Diallo d’avoir aidé à frauder les élections passées en faveur du PUP. Le risque avec une telle accusation, c’est qu’à la différence du président la République qui s’est toujours montré prudent pour ce qui est de Lansana Conté, Mohamed Traoré égratigne au passage l’ancien président de la République.

En effet, accuser Cellou Dalein Diallo d’avoir trempé dans des fraudes électorales passées n’est pas particulièrement nouveau. Beaucoup de personnes l’avaient fait avant Mohamed Traoré. Mais la démarche est d’autant plus inutile qu’elle ne changera pas d’un iota les rapports entre le chef de file de l’opposition et ses militants. A la limite fanatiques, ces derniers ne se préoccupent de savoir ce qu’a fait ou dit leur leader. Seul va compter ce qu’il leur demandera aujourd’hui. Le schéma politique est figé par les déterminismes communautaires à telle enseigne que ce type de manœuvre est voué à l’échec. Tout au contraire, avec ces déclarations, Mohamed Traoré pourrait plutôt rendre service à Cellou Dalein Diallo. En effet, comme le démontre le discours de Chicago, ce dernier se soucie de tisser un lien électoraliste avec la Basse Côte. Or, avec les accusations du ministre des transports, il est démontré aux yeux de ceux pour lesquels l’image de Lansana Conté représente quelque chose, que Cellou et l’ancien président étaient particulièrement liés. Mieux, Mohamed Traoré, par ses propos, fournit les preuves selon lesquels Cellou a été un serviteur loyal, voire zélé de Lansana Conté. Il faut avouer que vu les circonstances, il ne pouvait espérer un meilleur plaidoyer. En fait, Mohamed Traoré semble s’être retrouvé dans le scénario du policier qui, pour abattre le criminel, est obligé de mettre en danger la vie son partenaire que ce dernier tient en otage. S’il ne fait pas attention, Mohamed Traoré pourrait sacrifier son partenaire.

L’autre péché mignon du ministre des travaux, ce sont ses appréciations au sujet des dernières élections législatives. Tranchant avec tout ce que le RPG-arc-en-ciel a dit jusqu’ici, il estime que la défaite du pouvoir dans les cinq communes de Conakry résulterait d’une vaste fraude orchestrée par l’opposition. Ce n’est ni courageux, ni objectif. En outre, c’est très dangereux pour son parti, lui-même. En effet, les échéances futures doivent reposer sur une claire vision des rapports de force. Le parti au pouvoir doit identifier et admettre ses faiblesses. C’est tirant objectivement les leçons d’une évaluation tout aussi objective de ses propres forces qu’il pourra rebondir. Or, si l’on s’en tient aux propos de Mohamed Traoré, on en serait à chercher un bouc-émissaire. Si cette approche persiste, le réveil pourrait être brutal. Autant le savoir maintenant.
Anna Diakité, Kabanews

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.