Possible augmentation de la taxe sur le tabac en Guinée

Par sa nocivité, le tabac tuerait des millions de personnes dans le monde chaque année. Pour limiter les dégâts que sa consommation cause, de nombreux États ont mis en place des systèmes de contrôle allant de la production ou l’importation à son utilisation finale par les fumeurs.

Il y a quelques jours, l’Assemblée nationale guinéenne a ratifié la convention relative au commerce illicite du tabac. À cet effet, des recommandations ont été faites en ce qui concerne l’augmentation de la taxe et la lutte contre la consommation du tabac dans le pays. C’est une commission présidée par le député Aboubacar Sylla qui a présenté la convention œuvrant dans la lutte contre la consommation du tabac.

Son président a détaillé certaines stratégies ou dispositions prises pour lutter contre les méfaits liés à la consommation du tabac. Il s’agit du traitement des infractions, des poursuites judiciaires et de l’élimination et la destruction des produits confisqués.

Dans son intervention, le porte-parole de l’opposition guinéenne a plaidé pour que la taxe sur le tabac soit élevée comme dans d’autres pays, pour arriver «au minimum à 42%» voire «à 60%», soulignant qu’en Occident la taxe sur le tabac dépasse parfois les 100%.

Le président du groupe parlementaire du RPG/Arc-en-ciel (pouvoir), Amadou Damaro Camara a pour sa part promis que l’Assemblée nationale aura l’occasion d’étudier cette possible augmentation de taxe lors de la prochaine session budgétaire.

Le commerce illicite du tabac (qui échappe au contrôle étatique) entraînerait une perte de près de 40 milliards de dollars à travers le monde, alors que le nombre de personnes mourant à cause de sa consommation reste considérable. Les députés guinéens entendent faire leur mieux pour limiter ces dégâts…

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.