Pour Jean Raymond Yebou, tout entrepreneur doit « penser vert »


En Côte d’Ivoire, Jean Raymond Yebou est à l’origine d’une plateforme numérique visant à améliorer la formation et l’orientation scolaire et professionnelle, tout en apportant une solution à la consommation excessive du papier.

Tunis (dpa) – « Tout entrepreneur doit penser vert afin de garantir un avenir durable à la génération future », plaide Jean Raymond Yeboue, 33 ans, dirigeant de Yob Techno, une startup spécialisée dans le développement de solutions numériques dans le secteur de l’éducation, implantée au nord de la Côte d’ivoire. Titulaire d’un diplôme d’ingénieur en informatique, Jean Raymond a lancé son entreprise en 2017, à travers laquelle, il a réussi à mettre au point une plateforme numérique visant à faciliter la formation et l’orientation scolaire et professionnelle.

Baptisée « E-SOUKLOU », cette plateforme est destinée aux élèves, étudiants et travailleurs souhaitant construire un projet d’orientation en ligne ou acquérir des compétences. Elle se propose de réduire le fossé entre les formations et le marché du travail et de lutter contre l’abandon scolaire. Cette plateforme a également pour objectif d’apporter une solution au problème de la consommation excessive du papier en milieu scolaire.

« Mon expérience de 5 ans dans le secteur de l’éducation m’a démontré un gaspillage au niveau de l’utilisation du papier en milieu scolaire, raison pour laquelle, j’ai décidé d’expérimenter cette plateforme au lycée professionnel de Ferkessédougou, au nord de la Côte d’Ivoire », déclare Jean Raymond dans un entretien à la dpa.

« Grâce à la plateforme, les photocopies de papiers ont été réduites de 40 pour cent dans ce lycée. Nous sommes fiers d’avoir réussi à contribuer à la protection de l’environnement », se félicite le jeune homme dont le projet a impacté, jusqu’à présent, plus de 20000 apprenants en Côte d’Ivoire. Toujours soucieux de l’environnement, Jean Raymond Yeboue lance, parallèlement, « E-SOUKLOU », un autre projet qui consiste à transformer les déchets organiques en aliments destinés à l’élevage (poisson, poulets…) et en compost pour les agriculteurs.

Intitulé « Biosect », ce projet a également été expérimenté dans le lycée professionnel de Ferkessédougou. L’objectif étant d’apporter une solution aux déchets des arbres fruitiers jonchant la cour du lycée et à moyen terme de généraliser cette expérience à d’autres établissements scolaires et universitaires du pays. Pour ce qui est de la plateforme « E-Souklou », Jean Raymond projette de déployer cette solution dans 1500 établissements. « Nous voulons rendre notre solution accessible à tous les apprenants de la Côte d’Ivoire », s’enthousiasme-t-il.

Source: dpa-news.de

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.