Pourcentages aux élections : quand l’UPR se moque de l’UFDG…

Alors que Bah Ousmane de l’UPR fait de la compromission pour exister, son parti, l’UPR est vraiment devenue coquille vide.  Bah Ousmane incarne de fait, ce qui fait le contraire de son prédécesseur – Siradiou Diallo – peu  obstiné pour le pouvoir « le seul leader politique guinéen de renom à n’avoir pas pris effectivement part à une élection présidentielle en Guinée. Sa personne importait peu dans ses pensées politiques. Il y avait de l’éthique et de la déontologie dans ses démarches politiques, dans son combat pour l’instauration de la démocratie dans le pays. »

L’UPR est aujourd’hui l’exact contraire de ce qu’a laissé le défunt Siradiou. Ce rêve, croyons-le, s’est brisé depuis, car, Bah Ousmane incarne la léthargie et la compromission. Avec des piques envoyées à l’UFDG et à ses responsables. Juste pour être bien noté au RPG. L’esprit du parti est dévoyé, vendu et souillé. Les suffrages récoltés par le parti au cours de ces dernières années en disent long sur la mort lente mais sûre de l’UPR. « Malgré l’ampleur indescriptible de la fraude électorale en 1998, l’UPR est venue en deuxième position avec un peu plus de 26% des suffrages. En 2010 ce parti de Bah Ousmane n’en a obtenu que 0,68% », regrette-t-on. L’UPR n’est jamais tombée aussi bas. Malgré ces statistiques de la honte l’UPR se moque de l’UFDG.

« S’il y a des gens qui croient qu’une seule entité ethnique, régionaliste ou religieuse peut porter quelqu’un au pouvoir, qu’ils se détrompent. Nous avons vu un parti récolter 44% des voix ici ; puis, 35% ; et, avec la même politique de haine, de division et de violence, il risque d’avoir 20% prochainement », a raillé le ministre Thierno Ousmane Diallo.

Au niveau du parti ciblé, point de réaction. On estime que c’est un non-évènement : l’UPR est morte de sa plus belle mort. Autant en faire le deuil que de répondre.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.