Pourquoi Alpha Condé à Ankara (Turquie) ?

Cession, concession, vente, etc., on pourra appeler le deal comme on veut. En tout cas, le Port conventionnel de Conakry est désormais entre les mains des Turcs, sans aucun appel d’offres, arguant que ça urge, afin de mieux s’adosser sur le gré à gré à outrance, contre le Code des marchés publics. L’affaire s’est passée en toute opacité et tout se jouait depuis la fin de l’année dernière.

Alpha Condé, en amont et en aval de l’affaire multiplie ses voyages sur la Turquie et ouvre un boulevard de coopération voire d’invasion aux Turcs. Aujourd’hui, sur le chaudron, il prend son avion et s’éloigne, pour certainement rendre compte à Erdogan. A la maison, le pauvre ministre des Transports tente de rassurer sans y parvenir. La conférence de presse organisée à cet effet n’aura pas suffi pour dissuader les syndicalistes ayant menacé de marcher ce vendredi. La manif a été étouffée dans l’œuf à coups de gaz lacrymogènes. Alpha Condé se rend donc en Turquie pour certainement peaufiner le reste, s’effacer et exposer Aboubacar Sylla, pataugeant dans les dispositions juridiques et réglementaires des grés à gré.

Ce ministre, ignorant tout, il note sans convaincre que le recours au gré à gré dans cette fameuse cession se justifie. C’est ce qui est absolument faux. Et en voici la cause : le marché ne nécessite pas un brevet, une licence ou des droits exclusifs pour être exécuté. Le marché ne concerne pas la Défense nationale ou un secret d’Etat. Le marché n’est pas un cas d’extrême urgence, pour ne pas faire l’objet d’appel d’offres. Et enfin, le marché n’est pas un cas d’urgence impérieuse. Conclusion : la cession est purement et simplement un marché de gré à gré dont les précédents pourraient bien affecter la suite des travaux et désavantager la Guinée, en première ligne, le personnel guinéen.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.